Page images
PDF
EPUB

une côte, avec ce billet: Creatonii, martyris. Plus une autre côte, où est attaché cet écriteau : Valeria, virginis et martyris. Plus une autre côte, avec ce billet : Ortmariæ, virginis et martyris. Plus une autre côte, avec cet écriteau : Exparræ, virginis et martyris. Toutes lesquelles reliques étoient pliées ensemble dans une double toile, où nous les avons laissées, après les avoir pliées toutes séparément dans du taffetas rouge avec les mêmes écriteaux que nous y avions trouvés.

Nous avons aussi plié les cendres qui s'étoient faites de ces saints os dans du taffetas rouge, avec cet écriteau par-dessus: Cineres sanctorum Trani, Matthæi, Callixti, Creatonii, Valeria, Ortmariæ et Exparræ. Sur le paquet où sont toutes ces reliques est attaché cet écriteau Reliquiæ sancti Brandani et sancti Trani, de legione Thebæorum, et aliorum plurimorum martyrum, quas dedit Ecclesia sancti Gereonis et Ecclesia sancti Heriberti Ecclesiæ Grandimontis.

Le catalogue de nos reliques en fait mention de cette sorte: A dextro latere dicti altaris, juxta dictam capsam sancti Stephani confessoris, hoc est in secunda capsa, repositum est corpus sancti Macharii, martyris, ducis præclarissimi, qui fuit de societate sancti Mauritii, quem Theobaldus, rex Navarræ, Campaniæ et Briæ, comes Palatinus, attulit in Grandimontem VII idus aprilis 1269. Sunt præterea in eadem capsa reliquiæ Maurorum de legione Thebæorum, quas dedit Ecclesia sancti Gereonis Ecclesiæ Grandimontensi. Item, reliquiæ sanctorum Brandani et Trani, de legione Thebæorum, et aliorum plurimorum martyrum, quas dederunt Ecclesia sancti Gereonis et Ecclesia sancti Heriberti Ecclesiæ Grandimontensi.

L'inventaire de 1639, nombre 2, parle de cette châsse en ces termes : « La châsse de saint Machaire, qui est au côté de l'Epître contre celle susdite du bienheureux saint Etienne, en laquelle on trouva le corps du saint martyr et du compagnon de saint Maurice, avec ce billet Hoc corpus dominus Theobaldus, rex Navarræ, et Campania, et Briæ, comes Palatinus, attulit in Grandimontem tempore Guidonis archarii, decimi quinti prioris ». Il faut prendre garde que cet inventaire ne rapporte pas en propres termes le. billet qui est sur le corps du saint, que nous avons décrit ci-dessus mot à mot.

Plus, dans la même châsse, furent trouvés des ossements des saints Brandan et Mathieu, évêque d'Hibernie, et de saint Tran. Plus y furent trouvées des reliques des saints Créaton et Callixte, pape et martyr, et aussi de celles sanctorum Maurorum de legione Thebæorum.

III. De deux saintes Vierges et Martyres de Cologne (4),

Une autre châsse de cuivre doré émaillé par dessus, et qui est de bois par dedans, où est par devant un Sauveur au milieu de quatre figures des apôtres, où sont leurs noms; savoir: saint Mathias, saint Jude, saint Jacques et saint Philippe, et au-dessous six autres figures d'apôtres avec leurs noms, qui sont saint Thomas, saint Jacques, saint André, saint Jean, saint Simon, saint Barthélemy, et, sur la porte, saint Pierre. Par derrière il se trouve aussi quelques autres figures. Elle est du côté de l'Evangile, la plus haute joignant celle de saint Etienne, à l'opposite de celle de saint Macaire.

Nous y avons trouvé dedans un gros paquet de saints ossements en si grand nombre que nous ne les avons pas comptés, et on peut dire que le corps y est entier; car le chef s'y trouve, quoique en pièces, les mâchoires, les dents, les os des bras et des jambes, ceux de l'épine, les côtes, les doigts, et enfin tout ce qu'il y a d'ossements dans un corps; le tout plié dans de la toile, à laquelle est attaché cet écriteau d'un côté Hoc sanctissimum corpus virginis et martyris fecit nobis habere magnis precibus dominus Hermannus, decanus Ecclesiæ Apostolorum Coloniæ, a quadam religiosa matrona quæ illud in magna veneratione habebat, quæ cum vellet illud mittere ad quamdam excellentissimam Ecclesiam in episcopatu Leodii, non potuit illuc portari, ac si Dominus Jesus illud nobis reservasset; et, sur un autre côté de la même toile, cet autre billet Hoc corpus virginis et mar— tyris dedit Ecclesiæ Grandimontis quædam nobilis matrona Coloniæ. Ce paquet est encore plié de quelque taffetas ou drap rouge, auquel est attaché cet autre billet, comme le premier de ces deux que nous venons de rapporter.

Plus, dans la même châsse, un autre paquet de la grandeur du précédent, et plié tout de même, sur lequel est ce billet: Hoc corpus virginis et martyris habuit. Hermannus, decanus Ecclesiæ apostolorum, a quodam cellerario cujusdam abbatiæ Cistercii, et dedit illud Ecclesiæ Grandimontis. Et par dedans sont, comme dans le précédent, les grands os longs des bras et des jambes, ceux de l'épine et des doigts, les côtes, et, en un mot, tous ceux du corps, hors la tête, dont nous n'avons vu que deux dents en un os de la mâchoire. Sur la toile où sont pliés ces saints ossements il y a un un autre billet qui n'a rien de différent du précédent. Le catalogue

[ocr errors]

(1) « Il y avoit aussi un os d'un bras de saint Apollinaire, évêque et martyr ». (Note de Legros, 1790.)

susdit en fait mention de cette sorte: In quinta capsa, quæ est altior in parte Evangelii dicti altaris, sunt sequentes reliquiæ Apollinaris, episcopi et martyris, os brachii scilicet. Item, unum corpus virginis et martyris cujus nomen novit Deus. Item, unum sanctissimum corpus virginis et martyris.

L'inventaire de 1639 en parle ainsi au nombre 3 : « La châsse qui est à l'opposite de la susdite est celle de saint Macaire, du côté de l'Evangile, où fut trouvé un corps d'une des vierges et martyres de Cologne. Plus y fut trouvé un autre corps d'une des mêmes vierges, avec ce billet Hoc corpus fecit nobis habere magnis precibus dominus Hermannus, decanus Ecclesiæ Apostolorum Coloniæ, a quadam matrona quæ illud in magna veneratione habebat, quæ, cum vellet illud mittere ad quamdam excellentissimam Ecclesiam, non potuit illuc portari, ac si Dominus Jesus nobis reservasset.

Plus y fut trouvé le bras de saint Apollinaire, évêque et martyr, d'où M. Barny, abbé de Grandmont, le tira, afin de l'enchâsser en argent, ainsi que nous le trouvons aujourd'hui dans le trésor.

IV. — De sainte Albine, de sainte Essence, etc., vierges et martyres de Cologne (1).

:

Une autre châsse de mêmes matière, travail et figures que la précédente, où est au devant une image de la Vierge avec le petit Jésus entre ses bras et par dessus un Sauveur; aux côtés sont les figures de quelques vierges, d'un archevêque et d'un abbé, avec ces mots écrits parmi: Hi duo viri dederunt has duas virgines Ecclesiæ Grandimontis Giraldus, abbas Sibergia sancta Albina, virgo et martyr ; Essencia, virgo et martyr: Philippus, archiepiscopus Coloniensis. Par derrière est démontré le martyre de ces vierges. Ladite châsse est du côté de l'Epître, la plus éloignée du tabernacle et la plus proche de la piscine. Nous y avons trouvé dedans un paquet où il y a des os rompus des bras et des jambes et quantité d'os de l'épine, un assez grand du crâne, quelques-uns des côtés et des doigts et autres tous pliés dans de la toile, où est parmi les ossements une petite lame de plomb sur laquelle sont gravés ces mots: Hoc est corpus sanctæ Albinæ, virginis et martyris; et, sur la même toile, il y a un billet conçu en ces termes : Hoc est corpus sanctæ Albinæ, virginis et martyris, quod dedit Ecclesiæ Grandimontis abbas Sibergiæ.

(1) « Il y avoit dans la même châsse des reliques des vêtements de la sainte Vierge; du corps de saint Marc, pape et martyr ; de saint Thadée, apôtre; de saint Barthélemy, apôtre; des saints Innocents; des saintes Vierges; du lieu du Calvaire, etc. » (Note de Legros, 1790.)

[ocr errors]

Ce paquet est encore plié d'un taffetas ou drap rouge, sur lequel est un billet semblable au précédent.

Plus un autre paquet où il y a six grands os des bras et jambes et grand nombre de côtes et d'os de l'épine, le devant des mâchoires et plusieurs autres, le tout plié comme le précédent paquet de toile, à laquelle est attaché cet écriteau: Hoc corpus virginis et martyris dedit Ecclesiæ Grandimontis abbas Sibergiæ, et plié aussi par dessus de taffetas ou drap rouge, où, dans un autre billet, sont écrits les mêmes mots.

Plus un sachet de toile, dans lequel nous avons trouvé quelques drapeaux et petits os, dans du taffetas vert, pliés ensemble avec les drapeaux de taffetas jaune, où sont attachés ces deux billets : De vestimentis sanctæ Mariæ, matris Domini ; Reliquiæ sancti Marci, papæ et martyris. Plus du taffetas violet, un petit os avec cet écrit par-dessus: Sancti Thadæi, apostoli. Plus quelques drapeaux et des cheveux blancs pliés de taffetas rouge dans une petite bourse de cuir, avec ce billet: Sancti Bartholomæi. Plus quelques. cendres pliées de taffetas rouge et de toile, où est cet écrit pardessus De Innocentibus Plus une dent dans la toile avec cet écriteau De Virginibus. Plus une pierre, pliée dans du taffetas, avec ce billet De Calvariæ loco. Plus un gros os plié dans de la toile, sans écrit. Plus un petit morceau de bois dans du taffetas rouge. Plus quatre petits paquets, où sont des cendres, du coton, etc. Plus grand nombre de drapeaux qui ont sans doute servi à plier des reliques dont les plis s'y trouvent encore, qui sont: Suncti Thomæ, apostoli; sancti Eutropii; sancti Stephani, protomartyris; sancti Marci, evangelista; sancti Pardulphi; sancti Christophori; 'sanctæ Cecilia. Plus une boite ronde de bois, dans laquelle il y a un petit os plié de taffetas jaune, avec ce billet: Sancti Medardi, episcopi. Plus un os du doigt, plié d'un double taffetas rouge, où est attaché cet écrit: Sanctæ Petræ.

"

Le catalogue mentionné ci-dessus en parle ainsi : In tertia capsa, quæ est in inferiori dicti lateris Epistolæ, et respicit cornu Evangelii hæ reliquiæ jacent cum his titulis: Corpus sanctæ Albinæ, virginis et martyris, quod dedit Ecclesiæ Grandimontis abbas Sibergiæ. Item, aliud corpus virginis et martyris, quod idem abbas dedit. Item, sancti Medardi; sancti Petri; sancti Marci, evangelistæ; sancti Stephani, protomartyris; sancti Eutropii; sanctæ Cecilia; sancti Pardulphi; sancti Christophori; sancti Bartholomæi, et aliorum plurimorum sanctorum.

On peut bien voir par là que cette châsse étoit lors la plus proche

du tabernacle, au lieu qu'elle est la plus éloignée, quoique de même côté.

L'inventaire de 1639 parle en cette sorte, nombre 4 : « Une autre châsse qui esì du côté de l'Evangile et la plus proche du tabernacle où fut trouvé le corps de sainte Albine, vierge et martyre de Cologne, avec ce billet: Hoc corpus beatæ Albinæ dedit Ecclesiæ Grandimontis abbas Sibergiœ ».

Plus il fut trouvé un autre corps d'une des susdites vierges et martyres de Cologne, avec cet écrit: Hoc corpus dedit Ecclesia Grandimontis abbas Sibergiæ. Plus y furent trouvées des reliques de saint Médard et des reliques de sainte Perrette, aliter Petræ, non Petri, comme dit le catalogue susdit.

Cette châsse avoit été changée du côté de l'Evangile, et mise la plus proche du tabernacle, comme il est aisé de voir par ce que nous venons de rapporter de cet inventaire; mais elle a été depuis remise -du côté de l'Epître la plus proche de la piscine.

[merged small][ocr errors]

De sainte Essence et autres Vierges et Martyres de Cologne.

Une autre châsse de mêmes matière et figure et travail que les précédentes, où est par devant l'image de la Vierge, tenant un lis de la main droite, et, de l'autre, le petit Jésus, et à ses côtés sont six images. Par dessus est un Sauveur avec six autres figures à ses côtés; par derrière est représenté le martyre de quelques vierges, et plus haut quelques évêques ou abbés et trois vierges d'un côté qui ont des couronnes sur la tête, etc. Ladite châsse est du côté de l'Evangile, la plus éloignée du tabernacle. Nous y avons trouvé dans un paquet six grands os longs des bras et jambes, beaucoup d'autres du crâne et un grand des mâchoires où il y a encore trois dents; d'autres de l'épine, des côtes, des jointures, des doigts, etc., et parmi est une petite lame de plomb où sont gravés ces mots : Hoc est corpus sanctæ Essentiæ, virginis et martyris, et ceux-ci dans un autre billet de parchemin qui est avec cette lame: Học est corpus sanctæ Essentiæ, virginis et martyris, quod dominus archiepiscopus fecit nobis dari de sancto Illeberto; et, parmi les mêmes os, est, d'un autre côté, cet autre billet: Hoc est corpus sanctæ Essentiæ, virginis et martyris, quod dedit Ecclesiæ Grandimontis Philippus, archiepiscopus Coloniensis. Les mêmes mots sont encore écrits dans un autre billet qui est attaché à la toile où sont pliés ces saints os, et dans un autre qui est attaché par dessus le paquet.

Plus dans ladite châsse nous avons trouvé quinze os des bras et jambes, qui ne sont pas pourtant entiers, plus des os de la tête, où

*

« PreviousContinue »