Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]

en

Pompe Funebre l'honneur des Citoyens tue's au massaere du 10 Aoust,et à laquelle tout Paris assista.

istiot

1 பாபா

"

18'. DE L'ASSEMBLÉE NATIONALE LÉGISLATIVE.

[ocr errors]

RÉVOLUTIONS DE PARIS,

"si ? DÉDIÉ ES

A LA " NATION
BT AU DISTRICT DES PÉTITS-AUGUSTINS 1

prilago Avec gravures et cartes des départemens de France ! :

QUATRIÈME A N N E E"!?

DB LA LIBERTÉ FRANÇAISE. TRE IZIÈ ME TRIMESTRE.

[ocr errors]

Les grands ne nous paroiflent grands que parce que nous sommes à genoux.

Levons-nous.

.

DEPARIS

LPROF

15

vi3 ) ALD

Insid
PRUDHOMME

Liiba

i 1993 BOOTSIT VIELLOT TATUS

ob su til TU 24 AOUT AV Top SEPTEMBRE 17923 Pompe funèbre-en - l'honneur des citoyens morts au mall'acre

de la Saint-Lakreni. Ceroit

ÉTOIT vendredi, 25 août & fête de Louis Ix; Çelta-dire , quinze jours après le maslacre de la SaintLaurent, cominandé par Louis XVI, que devoit être célébrée lor folennité nationale en mémoire des patriotes morts au château des Tu feries. Mais la mesquinerie de l'obélisque dont Palloi s'étoit chargé obligea d'élevet un

А.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Autre monument plus digne 'du sujet. Poyet, l'architede de la ville , s'en acquitta l'autant mieux qu'il eut le bon esprit de copier l'antique dans sa belle 'fimplicité. C'est dommage que ce M. Poyet soit le même qui, vendu aux caprices de Breteuil & aux forfaits de la cour conduisit les travaux qu'elle ordonna à la bastille pour la mettre en état de canonner les citoyens le 14 de juillet 1789

La construction de la pyramide dans le style égyptien força de remettre la fête funèbre au dimanche 27. le patriote Sergent, administrateur de la commune & artiste, en fut l'ordonnateur & y fit preuve de beaucoup d'intelligence & de goût. Les quatre inscriptions en prose de la pyramide font de lui, & valent beaucoup mieux que les quatrains du poëte Chenier , qu'on surnommoit Gracchus, mais qu'on n'appelle plus à préSent que Chenier le chapolain, depuis lon admission au club de la basse Sainte-Chapelle , & fon adhésion formelle aux principes feuillantins qu'on professoit dans „cette tabagie semi - aristocratique où figuroit Roucher ; qu'on juge du reste des habitués. L'une des inscriptions 4 prose étoit frappante par son laconisme :

Silence , ils reposent.

[ocr errors]

Le public n'en tint pas assez de compte. Le choix de l'emplacement donnoit à cette fête un caractère sombre, bien propre au recueillement. La pyramide couvroit le grand bassin des Tuileries , en face du château, de ce château dont chaque croisée, le 10 août , vomissoit la mort sur les patriotes , & joncha de cadavres tous l'espace environnant. Tandis que de l'autre côté, sur le Carrousel, premier théâtre du massacre, le sang des traio tres couloit sous la guillotine, dans le jardin on édifioit un monument à la gloire des patriotes de la journée du 10. La veille de la fête du roi-massacreur, on dé. capita l'un de ses complices ; le lendemain de cette fête, on rendit les derniers honneurs aux citoyens massacrés. Ainsi, au même lieu & dans la même tem ainę, Paris s'acquittoit de tous ses devoirs à la fois ; il diftribuoit le châtiment & l'éloge , & satisfaisoit en même temps à la justice & à la reconnoillance,

Le coriége partit de la maison commune entre cing & fix heures. Un cordon de soie avoit contenu le peuple qui afflua sur la place de ville pour être témoin des apprêts. Va cavalier , au milieu de la troupe, ouvroit la marche, portant une bannière sur laquelle on lisoit :

Aux manes des citoyens français
Morts pour la défense de la liberté,

La patrie reconnoissante,

D'autres volontaires à cheval aussi suivoient avec dix bannières commémoratives des principaux massacres dont la cour & ses agens ont souillé la révolution; on liloit:

Massacre de Nanci,
Massacre de Nimes,
Mafsacre de Montaubag,
Mafsacre d'Avignon,
Mallacre de la Chapelle ,

Massacre de Caspentras, Massacre du champ de la fédération, &c. &c. &c. La vue de cette life horrible de tant de forfaits dans l'espace de moins de 4 années , navroit l'ame d'abord , & portoit ensuite à son comble l'indignation contre les chefs & les moteurs fubalternes de tant de complors scélérats contre une nation bonne & généreuse qui ne vouloit que la liberté , & eût volonters fait grace à douze fiècles d'elclavage & de misère.

A côté de la bastille , ombragée de son drapeau, fans oublier ceux pris aux gardes-fuiffes du feu roi Louis XVI, étoit portée une arche, au milieu d'un groupe attendrifsant de femmes en robe blanche , & ceinture noire.

On se demandoit : que renferme donc cette arche ? Lisez , difoient les citoyennes qui l'entouroient ; elle renferme cette pétition du 17 juillet 1791 , qui nous eût épargné la perte d'une année entière pour la liberté, en nous délivrant dès-lors, fi l'affemblée constituante y eût fait droit , d'un despote ennemi-né des droits de l'homme , & qui fut teinte du plus pur fang des patriotes, sinistre prélude de ce qui devoit arriver treize mois après au château des Tuileries, événement qu'elle auroit prévenu.

[ocr errors]

1

« PreviousContinue »