Page images
PDF
EPUB

étoit le dernier des hommes pour le mérite personnel, comme Marie-Antoinette est la plus haineuse & la plus immorale des femmes sous tous les aspects ; & pourtant par une fiction puérile de la loi, nous rendions à Louis en personne des honneurs qui ne seroient pas de trop pour l'homme de toute l'espèce le plus sublime en vertus. Les représentans de 25 millions de Français tous libres se levoient tous aufli-tôt qu'ils appercevoient Louis XVI; ils pommoient une députation pour l'aller recevoir, pour l'accompagner & pour le recorduire. On lui portoit grayement à signer chaque décret, qui n'avoit force de loi que quand cet individu, la honte & le fléau de la nation, avoit apposé au bas les cinq lettres de son nom ; ce nom flétri depuis long-temps dans l'opinion publique, & chargé de maiċdictions, étoit toujours demeuré comme un talisnian qui commandoit l'obéissance & le respe&. En un mot, les délibérations de la sagesse & la volonté souveraine du peuple étoient fouiniles à la sanction du vice couronné & du crime sur le trône. La notoriété publique des turpigudes & des forfaits de Louis XVI n'empêchoit pas qu'on ne lui rendir le même tribut d'hommages qu'au restaurateur de la liberté françaile: & avec une constitution aufli monstrueuse nous nous vantions d'être éclairés , & nous nous disions libres ; nous nous mettions bien au-delius des nations voisines; nous les regardions d'un cil de pitié , & nous leur foubaitions nos destinées. Dans le fait, nous n'avions élagué que les branches du defpotisme, le corps de l'arbre étoit encore tout entier & debout , seulement les formes n'étoient plus les mêmes. Il a fallu voir ruisseler le sang de deux à trois mille patriotes sous le ter ailaslin de dix mille valets armés du despote, pour nous mettre en révolution complète , laquelle , il faut le dire: , est encore à faire daris certains elprits : le long usage du collier a laissé des empreintes sur la nuque de plusieurs citoyens ; il en est qui porteront toute leur vie les fliginates de la servitude.

Il en eit qui ouvrent de grands yeux à la vue de ces donjons du Temple , renfermant Louis XVI & sa famille réduits à se servir eux-mêmes, comme si les Bourbons avoient été créés à part & inis au monde pour se faire servir pendant toute la consommation des siècles.

Pourtant le peuple touche enfin à une régénération véri

table ;

[ocr errors]

Il en est qui ouvrent de grands yeux à la vue de ces donjons du Temple renfermant Louis XVi et sa famille.

[merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

table; il a cette fois, frappé le colosse dans la base, & la chute de la royauté suivra de près sans doute celle des rois de bronze. Le peuple commence à sentir qu'un mo: narque est bien peu de chose, & qu'on ne s'apperçoit pas de fon absence, Toute, la France est couverte des débris du trộne renversé, sans doute que ce n'est pas pour en élever un nouveau

Il eût été beaucoup mieux de faire, subir tout de suite à Louis XVI e, châtiment dû à les crimes ; mais puisqu'il 2 été sursis au fupplice, qui l'attend, mettons à profit ces momens pour montrer un roi dans toute la hideule nudité. Ah ! fi nos voisins pouvoient s'afiurer comme nous, es visu, de la bullité, d'un monarque pour le bonheur pur blic, s'ils voyoient ces bons Allemands, ces Rustes demi civilisés, ces Espagnols fa pieusement,obéissans, combien un roi est petit, et sot, réduit à fa propre mesure & à ses seules forces, de ce moment le mal de la coyauté nę tiendroit plus long-temps les nations européennes dans une honteuse abjection : elles fe.hâteroient de simplifier leur machine politique, & de la débarrasser d'un touage aulli difpendieux, & aulle parfaitement inutile que la royause.

Le peu de sensation & de rumeur que produit la de tention de Louis XVI au Temple, & les détails qui nous seviennent de la vie qu'il y mène, suffiroient pour prouver qué le sègne des rois est passé, & qu'il n'est point : regretter. Il y a tout à espérer de l'espèce, humaine , maintenant que le trône &, l'autel, ne sont plus capables de causer de fanatisme, mais il paroit qu'on est bien plus las encore de l'un que de l'autre. C'en est fait': malheur aux autres rois ! le peuple français ne tardera pas à avoir des imitateurs. Ceux d'entre les despotes qui s'applau, dissent d'être échappés au glaive de la loi ou au poignard du tyrannicide, auront encore à craindre la même réclusion de Louis XVI dans les tours du Temple.

Un des objets de luxe de la plupart des potentats eft encore aujourd'hui de nourrir près de leurs palais une licorne ou un thinocéros, un tigre ou une panthère , Louis XVI en avoit dans la ménagerie de Verlailles ; la plupart des nations vont peut-être vouloir à leur tour entretenir aussi quelques princes dans un donjen de leur ville principale , & montrer cet animal féroce aux curieux, jaloux d'en conteinpler un à loisir & sans risque. La na

[ocr errors]

tion française donne aujourd'hui la première ce fpe&acle

PEurope.

Leurs gardiens nous en ont transmis des particularités très-fingulières", sur-tout depuis que le conseil général de la commune a jugé convenable de séparer de leurs maitres Hue & Chamilly, valets-de-chambre, Tourzel & la fille Thibauli , Bazire, Saint-Brice & Navarre, femmesde chambre & de compagnie , la Lamballe à leur tête, Le mandat d'amener tut mis à exécution à deux heures dans la nuit. L'arrivée du commiflaire .causa quelque mouvement dans la tour , & réveilla en surfaut le fieur Louis, či-devant roi, seizième & dernier du nom, lequel ronfloit fort comme à son ordinaire , & felon' l'usage des grands mangeurs dont la digestion eft laborieuse. Qu'estcela ? demanda-t-il d'un ton brusque; l'officier municipal de garde lui répondit: monfieur, ce n'eft rien, dormez tranquille. (Car on ne traite plus Louis de fire.*) li fe remit à ronfler jusqu'au moment du départ, qui ne put s'effectuer sans quelque rumeur. Le gros homme s'enquit de nouveau & fe 'rendormit auffietốt après & à grand bruit, pour ne plus se réveiller qu'à huit heures du matin fans être inquiet de l'événement. On fait

que l'ingratitude éft fe vice des rois & 'un tic de famille dans la dynastie des Bourbons.

Marie-Antoinette fit quelques démonstrations de folliciFude sur le fort de les femmes qu'on lui enlevoit; on affure qu'elle pleura ; & même qu'elle descendit jusqu'à la prière pour obtenir la révocation du mandat d'amener; mais l'ordre motivé sur le falut du peuple étoit irrévocable; il fallut te féparer. La Lamballe, qui dans fon interrogatoire se réclame de la famille, baita la main d'Antoinette, n'otant prétendre à une faveur plus grande. Les autres femmes, le genou 'en térre, approchèrent de leurs lèvres avec respect le bas des jupes de 'leut maîtresse. H eft des gens que le malheur , comme un reffort, ne comprime que pour relever 1 ur ame, & prendre une attitude plus conforme aux droits de l'égalité ; les' valets de cour, au contraire, enveloppés dans la disgrace de leurs maîtres , n'en deviennent que plus vils encore ; l'habitude de ramper ne les quitte qu'avec la vie ; Antoinette & fa Tour né le recouchérent point, & firent la conversation avec leur gardiens.

Louis XVI ne fue pas peu en peine quand il voulut

« PreviousContinue »