Page images
PDF
EPUB

il y avoit 29 voiles, en y comprenant les navires de transport , d'approvisionnemens , &c.

Le 19 du mois dernier, à 9 heures du soir, il y eut dans le quartier d'Aher-Capi, un incendie effrayant, qui , quoique le tems fat calme, dura 17 heures. Le feu a porté ses ravages vers les plus beaux quartiers de cette ville, & a réduit en cendres 2 mille maisons, parmi lesquelles on compre 500 palais appartenans aux principaux Turcs ou à des ministres étrarrgers , qui ont été obligés de se retirer à leurs maisons de campagne.

Le prix des denrées & surtout de la viande augmente considérablement en cette capitale ; & comme depuis plus de 2 mois, il n'est pas tombé une goutte de pluie, on commence aussi à manquer d'eau. Les cîternes font épuisées , & les prairies desséchées comme au mois d'Août; mais nous avons la consolation d'être délivrés de la peste.

La Porte a reçu de Smyrne des lettres datées du 24 Avril, qui contiennent les détails suivans.

Il y a trois mois qu'un navire anglois, nommé l’Aucona-Pacquet , capitaine Hell, qui avoit chargé ici quel. qués marchandises, en appareilla pour Londres ; mais voulant doubler jusqu'à trois fois le cap Carabournau , il fur toujours empêché par l'avis qu'on lui donna qu'il s'y trouvoit des frégates françoises, de force qu'il revint mouiller sous le canon du château. La nacion françoise s'inaginant qu'il restoit dans ces eaux pour y faire quelques prises, réfolur d'armer pendant la nuit un de ses navires pour courir sur l'Anglois ; & elle choisit pour cet effet, ia Confiance en Dieu, dic le Gironde , capitaine Baude qui parrit la même nuir. L'Anglois , qui avoit jecté l'ancre au Long-ide , devant Ourla, entre le châceau d'eau & le cap Carabournau , s'étant apperçu à tems du dan. ger dont il étoit menacé, prit le parti de rentrer dans la rade. Le François voyant qu'il avoit manqué son coup, ne crue pas devoir revenir ici, & il continua la route avec un chargement qu'il avoit pris ici pour Tunis. L'Anglois n'ayant plus rien à craindre, remit à la voile pour se rendre pareillement à sa deftination. Le capitaine Baude arriva içi le ? de ce mois, de recour de Tunis.

en

La nation françoise fuc de nouveau alarmée en voyahe arriver ici le 12 de ce mois , une prise françoise , chatgée de morues. & de savon, que le navire marchand anglois le Tartar , capitaine Smith, avoit faire à la haureur de Candie ; cependant, sur l'avis qu'elle avoir reçu que le Sr. Smith écoit parti depuis quelques mois de Londres pour cecte échelle avec une cargaison estimée à la valeur de 350 mille écus au lion, & qu'il s'étoit sé. paré de la prise entre Mérelin & Scio, elle résolut d'armer de nouveau le navire la confiance en Dieu , dic le Gironde ; ce qui se fit la nuit très-secrecement, avec les équipages & canons de plusieurs navires , dans l'intention de prendre celui du capitaine Smith, qui n'avoit à bord que 18 hommes. Le navire françois , qui avoir un équipage de 120 hommes, 24 canons & une grande quantité d'armes à feu , partit d'ici à minuit , par un vent de terre, avec couce fa poudre dans la chambre du capitaine & sur le pont. Sun dessein étoit de l'arranger , & de mettre tout en ordre dès qu'il auroit paffé le château ; mais pour son malheur, il n'eut pas plutôt passé le château ; qu'ii vit are river le capitaine Smith ; & craignant qu'il ne lui échappâr en se rendant sous le château, d'autant plus que le vent avoit pris le dessus, il l'attaqua fur "le champ. Le bruit de l'artillerie attira sur le rivage & fur les galeries des maisons un monde infini qui fut cémoin du combat.

Ce fpe&acle fut d'abord assez agréable; mais au bout d'une . heure il devine fort tragique. Le feu prit à la poudre du vaisseau françois , qui lauta. Le capitaine Smich & deux navires de Raguse , qui arrivoient sur ces entrefaices, mirent leurs chaloupes & leurs canots en mer pour cacher de secourir l'équipage. De 120 qui se trouvoient à bord, on n'en puc sauver que 70, parmi lefquels il s'en trouvoit 46 grievement blessés & brulés , qui furent transporrés à l'hôpital françois , & dont la plupart sont déjà morts. Il paroit que les Turcs ne sont pas contens que ce combat se soit donné sous le canon du château & qu'un pareil armement fe soit fait dans leur rade; & l'on apprend que l'affaire a été envoyée à Conftantinople. Après certe adion, peu s'en fallut que le quartier des Francs ne devint le théatre d'un sanglant combat. Les capitaines & marelots François insulterent les Anglois , qui se défendirent; d'autres prirent part à leur querelle ; ce qui causa beaucoup de désordre & commença à donner des inquiéfudes. Le 16, les chefs de la régence & des navires écrangers prirent le conful hollandois d'employer fts bons

[ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors]
[graphic]
[graphic]
[ocr errors]

offices pour appaifer le foulevement , & il le fit avec tant de succès , qu'il parvint à calmer les esprics.

Cecte malheureuse affaire .coûte déjà plus de 30 mille écus au lion à la nation françoise , dont 5 navires richement chargés , venant & allant à Marseille, ont été pris par les Anglois. Il y a encore dans notre rade 12 navires marchands françois, chargés depuis trois mois , qui ne peuvent partir faute de convoi ; ce qui gêne beaucoup le commerce en général.

On affure que M. Guy de Villeneuve, qui remplit par interim la place de consul de France, n'a point autorisé l'entreprise de la polacre françoise ; il lui avoit , à la vérité, accordé une lettre de marque pour la course , mais uniquement pour protéger la navigation françoise dans ces mers.

RUSSIE.

PÉTERSBOURG ( le 26 Mai. ) L'impératrice a nommé conseillers intimes le comte de Stackelberg, fon ambassadeur à Warsovie , & le prince de Gallitzin , qui a le même caractere à La-Haye. M. de Moustin Poufchkin, son envoyé à Londres, passe à Stockholm, à la place de M. de Simolin , qui le releve en Angleterre. M. de Sacken retourne à la cour de Danemarck, & le jeune "prince Bieloselski est nommé envoyé à Dresde, à *la place du prince son frere, mort à Marseille.

La santé de la grande - duchesse & celle du prince Constantin Paulowitz sont dans l'état le plus satisf.isant. La naissance de S. A. I. a été norifiée à la r.ation par un manifeste de S. M. I., daté du 14 de ce mois. Ce ne fut que la cérémonie du baptême eut lieu. On chanta le Te Deum dans toutes les églises, au bruit de 301 coups de canon & au son de toutes les cloches. Le soir toute la ville fut illuminée.

Le 22, le prince Lobanow apporta la premiere nouvelle de la conclusion de la paix en Allemagne ; l'impératrice lui donna, à cette occasion,

le 16 que

[ocr errors]
« PreviousContinue »