Page images
PDF
EPUB
[ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors]

aucune autre proportion qu'à celle de la Grande - Alliance, & des Traitez du 3. Mars 1678. & 11. Novembre 1701. lefquels les obligent à faire la Guerre de toutes leurs forces, & à procurer de tout leur pouvoir à l'Empereur une fatisfaction raisonnable fur la Succeffion d'Efpagne; ce qu'elles ont auffi executé trèsfidellement: Et l'on ne fauroit, fans injuftice, leur ôter le témoignage d'avoir fait en cette Guerre leurs plus grands efforts, également & par-deffus leurs Alliez. De plus, quand même on accorderoit, que P'Etat auroit dû envoyer plus de Troupes en Catalogne, & qu'il auroit dû remplaeer en Portugal, celles qui en fortirent, en 1706. pour marcher en Espagne, iï n'en refteroit pas moins pour conftant, felon toutes les regles imaginables de l'équité, que les efforts confiderables qu'il fait aux Païs-Bas, par-deffus la GrandeBretagne, fufiroient pour compenfer abondamment ces manquemens prétendus.

Surquoi il eft à remarquer, que dans l'Adreffe des Communes, on fait monter à une très groffe fomme l'Extraordinaire de la Guerre d'Efpagne & de Portugal,

& qu'à l'égard de celui des Païs-Bas, on n'en dit rien autre chofe, finon que les Extraordinaires de la Guerre aux PaïsBas, paffent la Somme de 1107096. livres ft.; & que la Chambre des Communes n'a pu faire de comparaifon entre cette Somme, & celle que l'Etat a employée pour la même fin aux Païs-Bas, parce qu'on ne lui en a point communiqué d'état Mais on y peut fuppléer, en difant ici, que fi la Grande-Bretagne a employé de très-grandes Sommes, pour l'Extraordinaire de la Guerre d'Espagne & de Portugal, les Etats Généraux en ont auffi employé de très-gran des pour celui de la guerre du Païs-Bas, que ces Sommes montent à 65861821. & qu'ainfi elles excedent celles que la Grande-Bretagne y a mifes de 53683765. livres, à compter fur le pied d'onze livres de Hollande pour une livre fterling.

Peut-être voudroit-on alleguer ici, que l'Etat a beaucoup retiré des Contributions, des Paffeports de Guerre, des Subfides de Liege & de Limbourg, & des Revenus d'une partie du Haut quartier de Gueldres, dont il eft en poffeffion.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

Mais ces avantages s'évanouiffent dès qu'on leur oppofe les Contributions que payent auffi les Habitant du Brabant & de la Flandre du reffort de l'Etat, & mêC me quelques endrons de deux Provinces d'entre les fept, la dépenfe des Fortifi cations & des Magafins de Liege, Huy, Limbourg, Ruremonde, Venlo, Stevenswaert, Bonn & Traerbach, les nouveaux ouvrages dont l'Etat a fait renforcer quelques-unes de ces Places pour le bien de la Cause Commune, les dépenfes d'Artillerie & des Munitions de guer res pour tous les Sieges, qui ont été faits en cette longue & pefante guerre, & qui ne font point comptez dans les 65861821. livres ci-deffus mentionnez; & enfin, les Quartiers d'hiver que les Troupes Au xiliaires de Pruffe ont pris chaque an née dans le Haut quartier de Gueldre, & les marches & remarches continuelles des autres Troupes par le même Païs, ce qui a tellement ruiné les Habitans qu'ils ne font plus en état de payer les im pofitions.

Le quatriéme & dernier Point qui re-fte à examiner, regarde les Subfides lesquels, pendant la premiére tnnée de la A a 5

guerre,

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

?

guerre, ont été payez également, &
enfuite inégalement
par la Grande-
Bretagne & par cet Etat. L'état qui en
a été remis à la Chambre fe trouvera
fous le nombre 6. Surquoi il faut obser

ver.

[ocr errors]

S

Premierement, que cet état ne fait point mention des 40. mille écus par an que les Etats Généraux payent féparément à l'Evêque de Munster, ni des 150. mille écus, qu'ils ont pareillement payez auffi par an au Duc de Wirtemberg depuis l'an 1704. jufqu'à l'an 1709; encore moins d'une fomme de 400000. écus que les Etats Généraux, ont été obligez de payer, pour faciliter le Traité avec le Roi de Dannemarck, pour deux Obligations liquides d'une plus grande fomme, qui ont dû être reftituées au Roi de Danne marck contre une Prétention illiquide, fuivant l'Art. 9. du Traité conclu avec ledit Roi le 15. Juin 1701: Laquelle fomme de 400000. écus, pouroit pourtant être portée ici en compte de la part de l'Etat, pour plufieurs bonnes raifons.

Secondement, que par le Traité avec le Portugal, la Grande-Bretagne n'est pas chargée plus baut que l'Etat ; mais

que

.

[ocr errors]
[ocr errors]

que de la maniere & par les mêmes raifons, que Sa Majesté a trouvé bon de prendre fur foi la portion de l'Empereur dans les 12000. hommes, elle s'est pareillement chargée de fa portion dans les fub. fides. Ce tiers là peut être porté en compte à l'Empereur, mais il ne le doit point être aux Etats Généraux; & fi on le retranthe, comme il doit être retranché, l'Article des Subfides payez au Roi de Portugal par la Grande-Bretagne en oppofition à ceux de l'Etat, fera reduit à la moitié, ce qui fera une diminution de 2722222. écus. Ainfi la difference des payements de la Grande-Bretagne & de l'Etat, ne reftera plus fi grande qu'elle paroit dans la Lifte remife à la Chambre des Communes.

part

Pofé neantmoins, que laiffant à ces juftes confiderations, on convint que la Grande-Bretagne eut payé pendant les dix années de la Guerre, 31550321 écus de plus que l'Etat, ce qui revien droit à un peu plus de 300000. écus par an, ce furplus de payement fe trouveroit bien petit, eu égard à la difference des forces de l'un & l'autre Etat ; & il fauA a 6 droit

« PreviousContinue »