Page images
PDF
EPUB
[merged small][ocr errors]

Reponse de France le 30 Mars 1712.
Com

omme l'on s'est donné de part & d'au

tre des propofitions reciproques par écrir, nons croyons être preientement en état d'entrer en Négociation avec tous les Alliez suivant la forme o&tée dans le Con. grès precedent.

DES ALLI E S.

Nous nous sommes attendus qu'après i vous avoir donné les Demandes Specifi

ques des alliez, comme vous l'ayez louhaité, vous nous donneriez aulii une réponse specifique par écrir, comme nous nous y attendons encore. Nous demeu. serons dans cette accente.

Des FRANCE.

Cette attente feroit inutile , puisque nous ne repondrons par par

écrir.

[ocr errors][ocr errors]
[merged small][merged small][ocr errors]
[merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small]
[ocr errors]

Tres-Gratieuse SOUVERAINE,

les très-follmis & très fideles N

Sujets de Vórre Majefté, les Communes de la Grande-Bretagne afsemblées en Parlement, n'ayant rien cant à ceur, que de mettre Vôtre Majesté en état de terminer cette longue & onereuse Guerre par une heureuse & honorable Conclufion, avons refléchi mûrement sur les moyens qu'il y auroit d'employer avec plus de fruit, les Subsides necessaires que nous devons fournir , & fur la maniere dont la Caufe Commune pourroit être foutenuë avec plus d'efficace par la force téünie de tous les 'Alliez. Nous avons cru être obligez, par notre devoir à l'égard de Vôtre Majefté, & pour répondre à la confiance qu'on met en nous, de nous

1

ipformer du veritable état de la Guerre dans toutes ses Parties; Nous avons examine les Traitez qu'ils y a entre Vôtre Majefté & vos Alliez, & jusqu'où l'on s'est acquité de ces Engagement de part & d* autre; Nous avons confiderè les differens interêrs des Alliez dans le succès de cette Guerre , & ce que chacun d'eux a contribué.

pour la soutenir; Nous avons tâché, avec tour le soin , & coure la diligence dont nous sommes capables, d'en découyrir la nature, l'étenduë & la dépense, afin qu'après avoir fait une exacte comparaison de ce qu'il en doit coûter avec nos propres

dous puissions fi bien proportionner l'un aux autres, que vos Sujets ne continuent pas d'être chargez au delà de ce qui est juste & raisonnable, & que nous ne trompions pas Vôire Majesté, vos Allicz, ou nous mêmes, par des engage mens, dont la Nation ne fauroit s'aquiter dans l'état où elle se trouve.

Les Papiers, que Vôtre Majesté a co la bonté de nous faire communiquer, sur nos très-humbles instances, nous ont donné toute l'infurmation requise à l'égard de toutes les particularitez que nous a. vons examinées ; & lorsque nous aurons

expolé

forces,

[ocr errors]

exposé nos Remarques là-dessus à Vòtro Majesté, avec nos très humbles Avis, nous esperons d'en receuillir cet heureux fruit; Que si les bons & généreux desseins de Votre Majesté , pour obtenir une Paix fûre & durable, venoient à échouër malheureusement, par l'opiniâtreté de l'Ennemi, ou de quelque autre maniere une veritable connoissance de ce qui s'est passé jusques ici dans la conduite de la Guerre, servira de bon fondement pour la pousser à l'avenir avec plus de ménage & d'égalité.

Afin d'avoir une vûë plus parfaite de ce que nous nous proposons, & d'être en 'état de l'exposer dans tout son jour aux yeux de Vôire Majesté, nous avons ciâ qu'il étoit à propos de remonter jusques au commencement de la Guerre, & qu'il nous soit perniis de relever ici les motifs & les raisons qui engagérent d'abord Sa Majesté defunte le Roi Guillaume à y entrer. Le Traité de la Grande-Alliance dit que ce fut pour maintenir les prétentions de Sa Majefté Imperiale , qui étoit alors actuellement en Guerre avec le Roi des François, qui avoit envahitoute la Mo. narchie d'Espagne'en faveur de son petitFils le Duc d'Anjou ; & pour affilter les Etats Généraux, qui, par la parte de leur Barriére contre la France, le trouvoient dans le même ou un plus dangereux élar, que s'ils étoient actuellement enhavis. Comme ce furent les justes motifs, qu'on eut pour l'entreprise de cette Guerre, aussi le but qu'on se proposa d'obtenir par là étoit également fage & honorable. Car on voit par l'Article vill. de ce même Traité, qu'il tendcit à procurer une satisfaction juste & raisonnable pour Sa Majesté Imperiale , & une sûreté suffisante pour les Pais, les Provinces, la Navigation, & le Commerce des sujets du Roi de la Grande-Bretagne & des Etais Généraux ; à prendre de bonnes mesures

afin que les deux Royaumes de France & d'Espagne ne foffent' jamis unis sous le même Gouvernement, & en particulier, afin que les François ne possedassent jamais les Indes Occidentales qui relevene de la Couronne de l'Espagne, où qu'ils ne puffent point y trafiquer , sous quelque prétexte que ce pût-être à conserver enfiu aux Sujets du Roi de la Grande-Bretagne & à ceux des Etats Généraux, tous les droits & priviléges qu'ils avoient à

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

.

l'é

« PreviousContinue »