Page images
PDF
EPUB

CAUSERIES

DU LUNDI

PARIS

IMPRIMERIE DE J. CLAYE

RUE SAINT-BENOIT, 7

CAUSERIES

DU LUNDI

PAR

C.-A. SAINTE-BEUVE

DE L'ACADÉMIE FRANÇAISE

DEUXIÈME ÉDITION

TOME HUITIEME

PARIS

GARNIER FRÈRES, LIBRAIRES

PALAIS-ROYAL, 215.- RUE DES SAINTS-PERES, 6

M DCCC LV

47

405 6.3

HARVARD
COLLEGE
LIBRARY

CAUSERIES DU LUNDI.

Lundi 28 mars 1853.

L'ABBÉ DE BERNIS.

Au dernier siècle, quand de jeunes Français allaient à Rome où le cardinal de Bernis résida comme ambassadeur de France à dater de 1769, et où il ne mourut qu'en 1794, un de leurs premiers désirs, c'était de lui être présentés, et une des premières choses qu'ils trouvaient d'ordinaire à lui dire, c'était de le remercier du plaisir que leur avaient fait ses jolis vers; ils s'étonnaient ensuite que le prélat ne répondît point à ce compliment comme ils auraient voulu, et qu'il gardât toute son amabilité et toute sa grâce pour d'autres sujets de conversation. Nous n'imiterons pas ces jeunes Français de 1780, et nous nous garderons de la confusion où ils tombaient. Il y a des temps très-distincts à observer quand on parle de Bernis: il ne fut cardinal qu'à l'âge de quarante-trois ans, et il ne s'engagea réellement dans les Ordres qu'à l'âge de quarante. Jusque-là il était abbé comme on l'était volontiers alors, ayant le titre et quelques bénéfices; mais il n'était point lié à son état, il n'était prêtre à aucun degré; et en 1755, à l'âge de quarante ans, on le voit hésiter beaucoup avant de franchir ce pas dont il sent le péril, et d'où sa délicatesse d'honnête homme l'avait tenu éloigné jusque-là: « Je me suis lié à mon état, écrit-il à Pâris du Verney (le 19 avril 1755), et j'ai mis moi-même dans cette démarche tant de réflexions que j'espère ne m'en

VIII.

4

« PreviousContinue »