Page images
PDF
EPUB

After à la tentation de s'approprier une petite portion de l'immenfe fortune de fon pupille: if fic au nom, & fous la fignature du jeune lord, une obligation de 4000 guinées. La loi exige ici qu'un acte de cette efpece foit foufcrit par un témoin qui déclare l'avoir vu figner par la partie contractante. Le docteur engagea un courtier à remplir cette formule, fur fa parole, & l'argent fut délivré. Le lord, inftruit de fon emprunt, a nié; on a tout éclairci; Dodd, arrêté, a reconnu fa fuppofition; &,fuivant les loix, il a été condamné au gibet. La réputation de cet eccléfiaftique, & les fondations utiles qu'il a follicitées ont engagé plufieurs lords & la reine même à s'intéreffer en fa faveur auprès du roi; mais S. M. a confirmé la fentence.

Le 27 de ce mois, elle a été exécutée de la maniere fuivante. Le criminel, affis dans un carroffe tendu de noir, & lié, fans contrainte, de la corde même qui devoit terminer fes jours, a traversé lentement la rue d'Oxford, efcorté d'un petit nombre de Conflables (bourgeois, dont l'u niforme, confifte dans un long bâton, peint & doré à moitié), & de quelques officiers des shérifs à cheval. Arrivé à Tyburn (lieu ordinaire du fupplice), il a quitté le carroffe pour monter dans une charrette, & celle-ci s'eft'arrêtée fous la traverse qui formoit la potence : l'exé cuteur, qui, jufques-là, étoit refié éloigné, s'eft approché; il a dénoué la corde, & l'a liée à la traverfe, après l'avoir ajustée au cou du patient çe dernier s'eft entretenu avec le miniftre, qui lui a rappellé fon crime, & la néceffité de l'expier. Après un certain tems, le bourreau lui a couvert la tête d'un bonnet, qu'il a rabattu fur le vifage jufqu'au menton: au fignal qu'a fait le premier shérif, il a touché le cheval; & la char

rette avançant, l'office de l'exécuteur s'eft trou→ vé rempli d'une maniere imperceptible. Après une heure de fufpenfion, on à détaché le corps, qu'on a rendu aux parens. Sa mémoire & fa famille ne font point flétries, même dans l'opi nion publique. Le frere du docteur Dodd a déjà fuccédé à fon bénéfice, fur la préfentation du lord Chesterfield. ( Le fond de cet article eft em¬ prunté du 6e. numéro des Annales politiques, ci viles & littéraires du 18e. fiecle, ouvrage pério dique, imprimé à Londres, & dont l'auteur eft M. Linguer.)

Un foldat de l'armée américaine fut condamné, il y a quelque tems, à être fufillé. Cet infortuné, par fes épargnes, foit comme foldat, foit comme laboureur, avoit été, depuis plufieurs années, le feul foutien d'un pere & d'une mere trèsagés. Le général Washington, inftruit de la piété filiale de ce coupable, commua la peine, & le fit feulement challer du régiment. Si nous le fai fons mourir, dit le général, nous courrions rife que de tuer trois perfonnes, au lieu d'une.

L'extrait d'une lettre de Philadelphie, du 18 Mai, porte « que dans un confeil de guerre que le gén. Washington a tenu, & auquel plufieurs officiers étrangers ont affifté, il avoit été résolu de tenir ferme, & de donner bataille, dès que les forces britanniques en fourniroient l'occasion, en s'avançant dans le pays. Le général Washington, ajoute-t-on, s'eft déterminé à ce parti, parce qu'il a actuellement une bonne armée, fur la quelle il croit pouvoir compter. En attendant, tous les prifonniers de guerre, gardés jusqu'à préfent à Philadelphie & dans les environs, ont été envoyés, par ordre du congrès, fous une forte escorte, Charles-Town, dans la Caroli ne méridionale ».

..

HOLLANDE.

LA-HAYE (le 4 Juillet, ) On lit dans le fupplément à la Gazette de Leyde No. 51, que « tandis que l'ambaffadeus britannique en France s'eft plaint de la rencontre entre des mâtelots de fa nation & des Américains à Bordeaux, l'on apprend que le marquis de Noailles, ambaffadeur de S. M. T. C. à Londres, a demandé la reftitution de la frégate françoife, la Seine, chargée de munitions de guerre, qu'un navire anglois a prife à la hauteur de la Magtinique. Une frégate de cette derniere nation a été fort maltraitée dans le même parage par un vaiffeau de guerre. françois en voulant s'emparer d'un bâtiment américain fous fon canon.

Les gazettes d'Utrecht, numéros 49 & 50, rapportent les articles fuivans.

Extrait d'une lettre de St. Domingue, écrite à bord de la frégate l'Indiferette, à la hauteur du môle St. Nicolas & datée du 10 Avril.

nous

Nous avons rencontré un bateau de conftruction françoi fe, dont la manœuvre nous a paru fufpecte. Nous l'avons chaffé; & comme il fembloit vouloir nous échapper avons affuré notre pavillon, à quoi il a répondu en hisfant -pavillon françois. Nous l'avons fait raisonner & nous avons été furpris qu'on nous répondit en anglois. Nous l'avons forcé de mettre fon canot à la mer ; & le capitaine, qui -s'appelle Frey, eft convenu de fon tort. Naus l'avons ama riné, & envoyé à St. Domingue pour être jugé felon la loi des prifes. Ce bâtiment en étoit une faite fur nous, fous prétexte qu'il venoit de chez les infurgens; & à préfent il alloit à la Jamaïque porter des farines... Voilà un événement bien fingulier, qu'un bâtiment ayant commission angloife, pris fous pavillon françois.

Suivant une lettre du Cap-François, du 11 Avril, wrivée en France, le commerce de St. Domingue avec les infurgens fe fortifie, s'étend, & fe fait avec affez de publicité. Les Anglois font les feuls qui troublent cette correfpondance, par les hoftilités les plus caractérisées. On prétend qu'ils ont attaqué dans ces parages une flûte da roi, qu'ils ont fouillée, & très-maltraitée. On a donné foudain ordre aux frégates en croifiere de chercher a venger cette infulte. D'un autre côté, l'on apprend que fus

la côte de Normandie un bâtiment marchand a été infulté par un navire qui, après avoir arboré pavillon françois, & s'en être approché fous cette enfeigne, lui a làché un coup de canon à boulet, qui l'a fort endommagé; le capitaine a fait la dépofition de cet événement à l'amirauté de Cherbourg.

On apprend que la patache angloife qui a enlevé le capitaine Burnel (& non Brunel) dans le port de Cherbourg, eft arrivée le 20 du mois dernier à Portsmouth. Dès qu'elle eut mouillé, le lieutenant, qui la commandoit, fe fir mettre à terre, & partit d'abord pour Londres, afin de rendre compte aux lords de l'amirauté de l'exécution de fa commiffion. On eft curieux de voir s'ils approuveront la maniere dont il y a réuff. Pour la déguifer, on a inféré dans quelques papiers de Londres un prétendu extrait d'une lettre de Guerne fey, dans lequel on dit que le Sr. Burnel a été pris avec fon bâtiment en pleine mer, après un petit combat, dans lequel la patache a eu quatre tués & un bleffé. On y nomme ce bleffé, le baron de Fraife, & on le donne pour un habitant de l'ifle de Guernesey, qui a agi comme volontaire en cette occafion, où il a eu la jambe fi terriblement fracallée, qu'on fera obligé d'en venir à l'amputation. Mais, outre que cette lettre porte des marques vifibles de fuppofition, on trouve dans d'autres feuilles angloifes, plus recommandables par leur véracité un récit qui confirme dane les principales circonfiances celui qu'on a inféré dans le dernier journal. On y nomme le Sr. Burnel l'un dès maFins les plus réfolus & les plus expérimentés qu'il y ait au fervice des infurgens.

f

En effet, le bâtiment du Sr. Burnel n'étoit originairement qu'une chaloupe de pilote du Maryland, fervant à faire le trajet de la baie de Ghefapeack; mais ce marin ne pouvant plus exercer cette profeffion à caufe des troubles actuels l'avoit fait équiper en armateur; & -c'eft avec une barque auffi frêle que, pourvu de lettres de marque du congrès, il s'eft hafardé à traverfer l'o -céan, & à enlever de gros navires à la vue des côtes d'Angleterre. On évalue la derniere prife qu'il a faite à 7 mille liv. fterl. Il eft menacé d'éprouver un traitement rigoureux, parce qu'on le dit né en Angleterre; mais fes compatriotes ont des otages qui répondront du fort qu'on lui fera fubir.

[ocr errors]

On apprend par des lettres d'Oftende, que depuis le 21 Juin, il fe trouve à la rade de Dunkerque une frégate, de 32 canons, pour couvrir se port contre les entrepris

fes de quelques côtiers anglois, qui viennent faire preffe des matelots à l'entrée du port, où ils ont enlevé les équipages des vaiffeaux marchands de leur nation pour completter ceux de leurs vaiffeaux de guerre qui, faute de máte lots, ne peuvent fortir de la Tamife.

MORTS.

François-Henri Leclerc de Fleurigny, abbé commendataire de l'abbaye royale & féculiere de St. Sernin de Toulouse, en cette qualité confeiller d'honneur né -ay parlement de Touloufe, & premier bourgeois de ladite ville, eft mort à Paris, le 16 Juin, âgé de 67 ans.

Charles-Louis-Henri d'Appelle. Voifin, fils du marquie de la Roche-Dumaine, eft mort, le 10 de Juin, au château Dufou, près de Châtelleraut, dans fa 11e. année.

La Dame du Château- Morand, abbeffe de Fontaine-Gue rard, eft morte, en son abbaye, le 20 du même mois.

Le nommé Nicolas Lanavette, cordonnier, natif du village de Baricourt, diocefe de Reims, eft mort à l'hôpital de Soiffons, le 22 Mai, âgé de 104 ans, ayant toujours confervé une connoiffance entiere. Il avoit eu trois fem mes, dont une lui avoit donné neuf enfans; il avoit effuyé dans fa vie quatre fluxions de poitrine, & deux fievrés malignes.

Nicolas Cailloux, natif de Metz, eft mort le 7 Juin, à l'hôpital St. Julien de Nancy, âgé de 108 ans & cinq jours. Il a joui, jufqu'au dernier moment, de fa mémoire & de fa raifon; & 2 ans avant fa mort qui n'avoit étë précédée d'aucune infirmité, il avoit fait à pied un voyage de 50 lieues.

[ocr errors]

Ceux qui voudront vendre ou acheter des billets de la loterie de Murcie, dont le fort eft déterminé par le tirage foit d'une ou de plufieurs époques, s'adrefferont a M. de la Corbiere à Paris, rue du faubourg St. Jacques, à côté du Val-de-Grace.

Charge de juge au grenier à fel à Aubenton, avec une maifon, jardin, grange & écurie à vendre ensemble ou Séparément; on donnera toutes les facilités qu'on defirera pour le paiement, On pourra s'adreffer fur les lieux.

« PreviousContinue »