Annales Politiques, Civiles, Et Littéraires Du Dix-huitième Siècle, Volume 10

Front Cover
Simon Nicolas Henri Linguet
1783 - Europe
"Observations d'un républicain ... A Bruxelles, De l'imprimerie de l'auteur, 1790" (32 p.): inserted at end of v. 17.
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 193 - Présente, je vous fuis : -absente, je vous trouve; Dans le fond des forêts votre image me suit; La lumière du jour, les ombres de la nuit, Tout retrace à mes yeux les charmes que j'évite ; Tout vous livre à l'envi le rebelle Hippolyte.
Page 193 - Moi-même, pour tout fruit de mes soins superflus, Maintenant je me cherche, et ne me trouve plus': Mon arc, mes javelots, mon char, tout m'importune...
Page 192 - Asservi maintenant sous la commune loi, Par quel trouble me vois-je emporté loin de moi! Un moment a vaincu mon audace imprudente : Cette âme si superbe est enfin dépendante.
Page 78 - Il a pour support deux figures enchaînées par le cou , par les mains , par les pieds , . par le milieu du corps ; les deux bouts de ces ingénieuses guirlandes , après avoir couru tout autour du cartel...
Page 419 - On vous accordait avec raison de penser et de peindre. On ne s'entretenait que de votre aménité, de votre pénétration, de votre adresse...
Page 421 - Ce sera pour moi le plus parfait bonheur, je le sens vivement, si, aussitôt après avoir franchi l'espace laborieux qu'il faut parcourir pour l'acquittement des dettes de la guerre, je puis parvenir à l'exécution d'un plan d'amélioration générale, qui, fondé sur la Constitution même de la Monarchie, en embrasse toutes les parties sans en ébranler aucune, régénère les sources plutôt que de les pressurer...
Page 194 - Viiir aux Sultans fait toujours quelque ombrage ', A peine ils l'ont choifi , qu'ils craignent leur ouvrage. Sa dépouille eft un bien qu'ils veulent recueillir , Et jamais leurs chagrins ne nous laiflent vieillir.
Page 77 - Reste donc pour la promenade la cour du château : c'est un carré long de seize toises sur dix. Les murailles qui la ferment ont plus de cent pieds de haut, sans aucune fenêtre : de sorte que dans la réalité c'est un large puits où le froid est insupportable l'hiver, parce que la bise s'y engouffre ; l'été, le chaud ne l'est pas moins, parce que l'air n'y circulant pas, le soleil en fait un vrai four.
Page 194 - J'aime en elle le sang dont elle est descendue. Par elle Bajazet, en m'approchant de lui, Me va contre lui-même assurer un appui.

Bibliographic information