Page images
PDF
EPUB
[ocr errors][merged small][merged small][merged small][ocr errors]
[ocr errors]

reçoivent une espèce de pancarte ou diplôme ; où il leur est promis des médailles, assurance et protection envers et contre tous. Ges certificats leur sont délivrés par la municipalité de Brest.

Une partie de ces objets «st renvoyée au comité de la marine, et l'autre au comité colonial.

La séance se termine par un rapport de M. Treilhard, sur le traitement des religieuses en général, et en particulier sur celui des chanoinesses. - Séance du soir. Rapport fait par M. Barrere , au nom du comité des finances, sur une indemnité de soo mille livres réclamée par la municipalité de Paris , pour les frais de 'la démolition de la Bastille.“ Après diverses discussions sur cette demande , décret qui ordonne, « que les frais faits pour la démolition de la Bastiile, scrönt à la charge de la nation ».

M. Puthod, capitaine des chasseurs de la garde nationale, est admis à la barre ; il demande qu'à l'état des bâtimens, revenus, meubles et iinmeubles des monastères, il soit joini un relevé de toutes les inscriptions, légendes, épitaphes, tombeaux, &c., afin de pouvoir les en extraire, et les rassembler en un même lieu, qui formeroit une salle d'antiques, ou le public pourroit, comme dans les bibliothèques, aller s'instruire certairs jours de la semaine. Renvoyé au comité d'aliénation.

Sur l'affaire de la colonie de Saint-Domingue, l'assemblée générale de Saint-Marc devant être entendue à la barre, et déposer ses archives sur le bureau , ct n'ayant point paru, M. Barnave a 'demandé que les pièces annoncées fussenı remises dans' 48 heures, el que dans tous les cas le rapport fût fait au jour fixé. Decrété.

M. Chassey présente, au nom du comité ccclésiastique, un projet de décret concernant la distinction des bicns nationaux à vendre ou à conscrver.

ART. I. « L'assemblée nationale décrète qu'elle entend par les biens nationaux, 10. tous les bicns du domaine de la couronne; 2°. tous les biers d'apapage; 3.: rous les biens du clergé; 4° tous les biens des fabriquess 5. tous les biens des fondations; 6°. tous les biens des séminaires, colleges et établissemens d'études et de retraites destinés à l'enseignement public; 7°. tous les biens des hôpitaux, maisons de charité, même celles

[ocr errors]

connues sous le nom de Mont-de-Piété, et de tous les établissemens destinés au soulagement des pauvres , ainsi que ceux de l'ordre de Malte, et de tous autres ordres religieux et militaires ».

Les dispositions de l'article concernant les hôpitaux, les fabriques, les colléges, l'ordre de Malte, er tous les autres ordres militaires, ont été ajournées; les autres dispositions décrétées.

On répand dans le public que MM. Bouche, Biau, zat et Roberspierre viennent d'être élus juges de district de Versailles. Le choix de ces trois députés, étrangers même au département, a beaucoup étonné les Parisiens.

On ne cesse de ridiculiser à Londres les fugitifs français ; cependant la nation ne voit pas de bon vil notre révolution, et M. Pitt paroît désirer ardeniment que Ja guerre soit ouverte entre les deux puissances. Il a de fréquentes et longues conférences avec M. de Calonne, qui, quoique généralement méprisé des honnêtes gens, est cependant accueilli par la cour, à qui l'on présume qu'il est utile. On ne peut regarder à Londres comme ami de la révolution de France que le club présidé par le lord Stanhope.

[ocr errors]

Le nommé Mémard, garçon limonadier , ayant été mordu par un chien enragé lc 22 août dernier, est mort À l'Hotel-Dieu, le premier de ce mois , dans des souffrances inouies. On espère que ces accidens, trop souvent renouvelés, déterininerout enfin MM. les officiers municipaux à faire mettre à exécution les ordonnances contre les chiens.

On désireroit découvrir, par la voie de notre journal, qnelle concrée habite David Vandrolk. On le soupçoune tonnelier aux iles hollandaises. Il a fait chercher, en 1784, su seur unique, qui est à l'hôpital général de Paris depuis l'âge de 10 à 11 ans; leur nière étoit Marie-Elisabeth-Joseph Vandrolk, fille de Jean, tambourmajor au régiinent Ojelvy, écossais ; et d'Isabelle Herder , née à la basse ville de Boulogne-sur-Mer ; leur père est mort à l'hôpital de Dunkerque, et la mère est décédée dans la même ville. Le nommé David Vandrolk Hoit connu de madame Stalisburton, retournée à Londres en 1785

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

Les fédérés de la Basse-Normandie, à leur départ de Paris pour leur pays, traversant le village de SaintSauveur, ont rencontré sur leur passage un pauvre pay. san, âgé de 55 à 60 ans. Ce respectable vieillard, habitant une chérive masure, ne possédant rien qu'un pain d'orge du poids de 8 livres, et une pièce de mauvais cidre de 300 pots, roule la pièce hors de sa chaumière, met son pain sur une table dressée à sa porte, et tenanc deux écuelles de terre à la main, leur dit : « C'est tout ce que j'ai, ne me donnez pas le chagrin de vous voir refuser ce que je vous offre de si bon cæur ». Quelques fédérés se rendirent à son invitation; mais tous d'une commune voix l'emmenèrent en triomphe à Périers. Ils furent reçus à bras ouverts par les citoyens, qui leur donnèrent un répas splendide, où on fit asseoir le vieillard à la place d'honneur; son pain d'orge fut servi sur la table. À la fin du repas, les convives couronnèrent le vieillard, et se corisèrent entre eux pour lui faire la somme de 6co livres.

GRAVURES Estampe qui représente la cérémonie qui a eu lieu à l'hôtel de ville de Meaux, le 6 novembre 1789, et dans laquelle il a été décerné une médaille d'or à Nicolas Tronchon, cultivateur à Fossemartin, en reconnoissance des secours de grains qu'il lui avoit procurés dans un moment de diserte.

Cerre estampe a été présentée à la société royale d'agriculture, à Paris ; les membres qui la composoient, après avoir reçu cette offrande, ont délibéré sur la motion de M. le directeur , qu'il seroit aussi présenté à M. Tçonchon, au nom de cette société, une médaille semblable à celles qu'elle avoir déjà décernée à plusieurs cultivateurs qui s'étoient distingués dans les travaux de l'agriculture.

Se vend à Paris, chez Mondhare er Jean, rue SaintJean-de-Beauvais ,-. 4 , et à Meaux, chez Charles, libraire, au grand Bossuet. Prix a livre 16 sous.

Médaille dans un diamètre de trente-cinq lignes, repré

[ocr errors]

sentant l'arrivée du roi à Paris, par le sieur Andrieu; auteur de celle du siège de la Bassille; on les trouve toutes deux chez lui, rue des Noyers, n. 33chez le sieur Duprier, marchnd d'estampes, rue des Cordeliers, vis-a-vis celle Haute Feuille, no. 4; et chez le sieur de la Fontaine, ciseléur-doreur, rue de la Monnoie, près le Pont-Neuf, no. 22. Prix 6 livres; les mêmes dorées er en cadres dorés 9 livres.

ANNONCES DE LIVRES.

Liste des ci-devant nobles, nobles de race, robins, financiers, intrigans, er de tous les aspirans à la noblesse ou escròcs d'icelle, avec des notes sur leur famille, avec cetre épigraphe : Si notre père Ada'n eut acheté une chargo de secrétaire du roi, nous serions tous nobles , Arlequin, à Paris, chez Garnery, libraire, rue Serpente , no. 17. Prix í livre 10 sous, franc de porc.

Eloge du maréchal de Vauban; Discours qui a remporté le prix d'éloquence, au jugement de l'académie francaise en 1790; par Fr. Joseph Noël, professeur en l'université de Paris, au collége de Louis-le-Grand, et soldat citoyen avec cette épigraphe :

Le premier des ingénieurs,

Le meilleur des citoyens.
Chez le même; prix 36 sous, franc de port.

Confédération nationale, ou récit exact de tout ce qui s'est passé à Paris, le 14 juillet 1790, à la fédération, avec cinq gravures, à Paris ; chez le même; prix 2 livres 14 sous, franc de port.

Histoire des démêlés entre l'empereur Charles-Quint et François I", avec les conspirations du connérable de Bourbon, son procès, son jugement, sous les règnes de ces deux princes, précédée d'une introduction sur l'érat de la milice et l'art de la guerre, 2 vol. in-8°: avec figures, dédiée à la liberté; Paris 1790, chez Morin, libraire, rue du Cocq-Saint-Honoré, près le Louvre.

Ce 9 octobre 1790, PRUDHOMME,

De l'imprimerie des Révolutions de Paris, rue des

Marais, faubourg Saint-Germain, No. 20.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]
« PreviousContinue »