Nouveau dictionnaire historique des sièges et batailles mémorables: et des combats maritimes les plus fameux de tous les peuple du monde, anciens et modernes, jusqu'à nos jours; ouvrage dans lequel on a soigneusement recueilli les exploits des grand capitaines, les actions héroiques des officiers et soldats de toutes armes, et les stratagèmes militaires les plus singuliers, Volume 2

Front Cover
Gilbert, 1808 - Battles
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 443 - Bois-Rosé ayant pris le temps d'une nuit fort noire, vint, avec cinquante soldats déterminés et choisis exprès parmi des matelots, et aborda avec deux chaloupes au pied du rocher. Il était encore muni d'un gros câble, égal en longueur à la hauteur de la falaise, et il y avait fait, de distance en distance, des nœuds et passé de courts bâtons, pour pouvoir s'appuyer des mains et des pieds.
Page 443 - La nécessité de se tirer d'un pas difficile,' n'est pas toujours un garant contre la peur , lorsqu'on a autant de sujet de s'y livrer. Qu'on set représente au naturel ces cinquante hommes suspendus entre le ciel et la terre au milieu des ténèbres , ne tenant qu'à une machine si peu sûre...
Page 369 - ennemis sont venus à nous; ils ont été battus; Dieu en « soit loué. J'ai un peu fatigué dans la journée ; je vous donne « le bonsoir, et je vais me coucher!
Page 44 - Turcs , dans ce siége , s'étaient montrés supérieurs aux chrétiens , même dans la connaissance de l'art militaire. Les plus gros canons qu'on eût vus encore en Europe furent fondus dans leur camp. Ils firent , pour la première fois , des lignes parallèles dans les tranchées. C'est d'eux que nous avons pris cet usage ; mais ils ne le tinrent que d'un ingénieur italien. Il est certain que des vainqueurs tels...
Page 99 - Le feu et la fumée dont il était couvert, répond cet officier les larmes aux yeux, m'ont empêché d'abord de le distinguer ; mais voyant un homme qui, après avoir rompu six de nos rangs, tuait encore des soldats au septième , j ' ' jugé que ce ne pouvait être que M. de Montmorency. Je ne l'ai su certainement, que lorsque je l'ai vu à terre , sous son cheval mort.
Page 347 - Condé devant leurs murs aussi long-temps qu'il a demeuré dans le ventre de sa mère ; et puis de l'obliger ensuite d'en lever le siège. Condé redouble d'efforts pour ne pas prendre un parti si honteux; cependant, après avoir épuisé toutes ses ressources, il y est obligé.
Page 193 - Cnabran s'avance à leur tête. En un instant les rangs des Autrichiens sont enfoncés; ils sont en pleine déroute, et se trouvent cernés par les éclaireurs et les grenadiers français, qui avaient longé leur front, et s'étaient portés rapidement sur le chemin du Tyrol , de manieren leur couper toute retraite.
Page 267 - ... aventure qui leur advienne, tant que mon fils soit en vie; et leur dites que je leur mande qu'ils laissent à l'enfant gagner ses éperons; car je veux, si Dieu l'a ordonné, que la journée soit sienne, et que l'honneur lui en demeure et à ceux en quelle charge je l'ai baillé.
Page 189 - M. d'Assas, capitaine au régiment d'Auvergne. A peine cet officier at-il fait quelques pas, que des grenadiers ennemis, en embuscade, l'environnent et le saisissent à peu de distance de son régiment. Ils lui présentent la baïonnette, et lui disent que s'il fait du bruit il est mort. M. d'Assas se recueille un moment pour mieux renforcer sa voix, il crie : « A moi, Auvergne! voilà les ennemis!
Page 199 - Avezr-vous des ordres pour le bataillon ? je les exécuterai , je ne marche pas autrement. La. Meilleraie vint lui-même. M. de Fabert , lui dit-il , oublions le passé...

Bibliographic information