Page images
PDF
EPUB

undes,

zur Ro té & à échcoir jusqu'a l'entier de le paiement les autres biens de la sucjudia ceflion dudit feu Seigneur Roi, & Parle en poursuivre le paiement dans tz &: les Cours & Tribunaux de la fi. e da tuation d'iceux.

Et en cas que ledit Prince d'Yare de fenghien vienne à être troublé par

voie de fait ou force majeure, dans E de la paisible possession des terres à Tepl lui adjugées & à adjuger jusqu'a

dent! concurrence de son dû, le Roi eo qui est toûjours attentif à proteof fair ger ses sujets & à les maintenir r& dans leurs droits, est encore tres

humblement suplić de declarer Fiction qu'il prendra cela pour une ruptupiere de la part de celui ou ceux qui certise ordonneront, authoriseront, ou

permettront le trouble, & le fera reparer par les voies convenables.

Comme aussi fadite Majesté est fupliéë de declarer aux mêmes fins que dessus ; que l'article 13. du Traité de Paix conclû à Riswick

CU/

[ocr errors]

en 1697. entre la France & l'Ani gleterre ne pourra nuire ni pre

110 o period

Jell

judicier au Prince d'Ysenghien dans les adjudications defdites terres, données és dits Parlements de Tournai, de Metz & de Bezançon, és annéës 1682 , 1683, & 1684.

REPRESENTATION

De la Principauté de Catalogne à S.

M. Imperiale & Catholique, traduite de l'Espagnol.

a Ville de Barcelome, la Députation &

Catalogne, aïant apris la Suspension d'Armes concluë entre l'Angleterre & la France, & les autres dispositions qu'il a plû à l'Imperatrice & Reine, notre Maîtresse, de nous communiquer, touchant la Paix generale dans les Conferences d'Utrecht; & qu'on avoit proposé certain Projet ou Plan de Négociation, contraire au servi. ce de V.M.C. & à la liberté de la Monarchie d'Espagne; Nous avons crû qu'il étoit de notre devoir & obligation envers

[ocr errors]

V. M. comme nare Pere légitime & Roi naturel, de lui faire la tres humble Rcprésentation suivante :

V. M. C. est informéë de la maniere glorieuse dont vos Augustes Prédecesseurs ont contribué à élever cette Monarchie, & à la défendre contre les violences de ses Ennemis, qui ont toûjours voulu traverser sa grandeur. Dans la suite, le bonheur de l'Espagne a toûjours été affermi sous la Domination des Princes de votre Auguste Maison, Prédecesseurs de V. M. par une correspondance & union étroite avec l'Em pire pendant plus d'un Siecle; en sorte que les Tîtres d'honneur & de Souveraineté qui forment le Corps de la Monarchie 'Espagne, sont dûs à cette hûrcuse union & correspondance, laquelle se trouveroit détruite & renverséë, si le Ser. Duc d'An. jou demeuroit en poffeffion du Corps de cette Monarchie; qui, par là, se trouveroit en des interêts opposés à ceux de l'Au-. guste Maison d'Autriche, à laquelle la Nation Espagnole est redevable de la Gloire & de la Renomméë.

D'ailleurs, il seroit bien difficile de dé fendre les Etats séparés du Corps de l'Espaa & de parvenir au but qu'on s'eft pro

gne,

C

polé, en déclarant cette Guerre, de rétablir la tranquillité de l'Europe, en empêchant l'Union des deux Monarchies de France & d'Espagne, laquelle les Rois vos Prédecesseurs ont eu G fort à ceur de prévenir, par les Renonciations dont la Fran. ce ne tient aucun compte: De sorte que le fondement de la Guerre subGste toû. jours, & qu'une Paix, par laquelle le Corps de l'Espagne est cedé à la Maison de France, ne peut être regardéë que comme l'occasion d'une nouvelle Guerre ; puisque cela fourniroit à la France une augmenta. tion de moïens, pour pousser le progrès de ses Armes, & venir à bout de fes Desseios, formés depuis fi long-tems contre l'Augufte Maison d'Autriche, fes Païs Hé reditaires, l'Empire, & l'Europe.

Ce Péril eft d'autant plus évident, que la malice de vos Ennėmis ne manquera pas d'emploïer toutes sortes d'artifices pour diminuer la réputation des Armes de la Puissance, & de l'Auguste Personne de V. M. C. Gi Elle étoit obligéë d'abandonner une Monarchie, où Elle a été appelléë par ses fidéles Sujets, qui l'ont reconnu pour leur Seigneur légitime; où Elle est entréë avec des succès éclatants; & dont

[ocr errors]
[ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors]

V. M.a foûtenu la possession , en s'expofant aux plus grands dangers, & même à ceux d'un Siége très-périlleux, qui s'est tourné en Triomphe pour Elle. Et certainement, ce feroic upe fatalité bien déplorable, fi tant de fidéles Sujets de ces Roiaumes étoient facrifiés à la haine de leurs irreconciliables Ennemis, & fi cette Province en particulier, qui la premiere a appellé V. M. & l'a reconnu volontairement, étoit exposéë à l'Esclavage, & Baran celone fa Capitale en danger de devenir une seconde Troie.

Les Ordres de la Generalité de Catalo. gne croient que la magnanime Résolution que V. M. C. a prisc, de continuer la Guerre, est fondéë sur les motifs marqués ci-dessus , & sur la tendresse que V.M.C. conserve pour ses Peuples. Nous lui en rendons nos très-humbles actions de gra. ces, & prenons la liberté des représenter, que le možen le plus efficace pour recouvrer votre Monarchie, seroit qu'il plût à V. M. de revenir en Personne dans lo Continent de l'Espagne, où la présence Roiale feroit d'un très grand encouragement pour ses Sujets, qui font toûjours prêts à renouveller leurs efforts, &'à le

[ocr errors]
[ocr errors]
« PreviousContinue »