Page images
PDF
EPUB

rope de renverser un Jogement de reintegrande, & d'en rendre un fecond contraire au premier.

Une ordonnance rendûë fans communication de piéces, pendant les troubles de la guerre, dans le tems de la divifion, & de l'animofité, ne doit point l'emporter fur un Jugement anterieur rendu dans le tems de la Paix, & de la réunion; fur tout lorsque ce n'eft qu'une fuite, & une éxécution formelle des Traités de Paix, & lorsqu'il a été confirmé par les Traités pofterieurs.

Pour obtenir aujourd'hui le retablisse ment du Prince d'Efpinoi, il fuffiroit de dire qu'il a été depoffedé pendant la guer

re.

En effêt ce n'eft qu'en 1709. & après la prise de Lille, qu'eft intervenuë la Refolution des Etats Generaux, S'il n'y avoit point cu de guerre, fi la Ville de Lille n'avoit pas été prife par les Armes des Alliés, il eft conftant que le Prince d'Efpinoi auroit continué la poffeffion où il étoit depuis plus de 40. années; & les Etats Generaux n'auroient point donné de Resolution pour le dépoffeder; il eft donc jufte d'obferver à fon égard, ce qui

[ocr errors]

a été fi juftement pratiqué dans tous les tems, touchant le droit & la poffeffion des particuliers.

Lorfque les Souverains terminent leurs differens, c'eft un ufage inviolablement obfervé de rendre toûjours justice aux particuliers,d'effacer autant qu'il leur eft poffi ble de la memoire des hommes, les in juftices & les violences faites pendant la guerre, & de reparer les torts qu'on a foufferts dans ces tems de défordres & de confufion.

Si l'on doit obferver en general ces juftes maximes, on peut encore moins s'en difpenfer dans l'efpece prefente, où il eft question de l'interêt d'un Mineur, où il est clair que les biens dont il s'agit, font partie des anciens propres de laMaifon de Meleun; qu'ils en avoient été enlevés par des confifcations nulles, par des ufurpations odieuses, & retenus par des Actes que tous les Traités de Paix ont perpetuellement réprouvés & anéantis,

Lors qu'après toutes ces difgraces, les veritables proprietaires font rentrés dans leurs biens. Lorsqu'ils en ont été pendant 40. années en poffeffion paifible, fans qu'on y ait donné atteinte dans deux differens P 6

Con

Congrès, eft-il permie d'y revenir, & de les dépouiller une feconde fois? & n'eft-il pas fenfible que les anciens ufurpateurs ne tendent qu'à rentrer dans une nouvelle ufurpation?

Si le Prince Ligne avoit expofé dans fa Requête tous les Titres de la Maison de Meleun; s'il étoit convenu qu'elle n'avoit été dépouillée que par des confiscations nulles & informes, & par des ufurpations faites à l'occafion de la guerre; s'il avoit fait mention des Articles formels de tous les Traités; s'il avoit dit que fa tranfaction avoit été aneantie, & que la chose avoit été examinée contradictoirement, & décidée une feconde fois au Confeil du Roi Tres-Chretien; auroit - il obtenu la depoffeffion du Prince d'Efpinoi? Non certainement, & delà il refulte d'une maniere évidente, que la Religion des Etats Generaux a été furpri fe.

On leur a diffimulé tout ce qui les auroit déterminés à donner une Résolution contraire à celle qu'ils ont renduë; on leur a avancé des faits captieux & directement opposés à la verité. La Requête du Prince de Ligne eft en même tems obreptice & fub.

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

fubreptice. Si on ae leur avoit point im pofé, s'ils avoient été mieux inftruits, il eft bien certain qu'ils ne fe feroient point écartés des régles ordinaires, ni des prin cipes de la Justice, dont ils font fi rem plis. Ils auroient laiffé la poffeffion à celui qui jouiffoit. Un an & un jour fuffifent felon les Loix, il y avoit ici une poffelfion de quarante annéês. La fraude ne doit point être utile à celui qui l'a emplïoée; & l'on a lieu d'efperer que Meffieurs les Plenipotentiaires des Etats Generaux feront les premiers à opiner pour le rétablis fement du Prince d'Efpinoi. Ce ne fera pas rétracter un Jugement; mais ce fera montrer à toute la Terre, que l'on n'en veut rendre que de juftes, & que la guerre entre les Puiffances n'eft point capable d'infpirer la pensée de faire préjudice aux particuliers, contre les principes de la raison & de l'équité.

Le Prince de Ligne peut-il montrer qu'il lui foit furvenu quelque Titre nouveau depuis la reintegrande accordée au Prince d'Efpinoi? Peut-il alléguer quel que Ate qui n'ait pas été détruit par les Traités de Paix fubfequens? Dira-t-il que les mouvemens inutiles qu'il fe donna à Ni

[ocr errors]

megue & à Rifwik pour tâcher de rentrer dans fon ufurpation, doivent être regardés comme une interruption legitime? Ces deux derniers Traités ne font-ils pas au contraire de nouvelles confirmations des Traités précédens, & de nouveaux Titres qui s'élèvent contre lui? Ce n'étoit pas la même chofe, lorfque le Prince d'Elpinoi fut remis en poffeffion de fes biens. Les Traités de Paix étoient survenus depuis les tranfactions. Ils ancantiffoient les Titres & les Actes vicieux des Princes de Ligne: ils rapprochoient les tems qui avoient précédé la guerre, & détruifoient tout ce qui s'étoit fait à cette occafion dans le tems intermediaire. C'étoient des Loix generales, abfoluës, faites par le concours des Puiffances, & ce fut fur ces Titres facrés que le Prince d'Efpinoi demanda & obtint fon rétablissement. On ne peut donc fe dispenser de le lui accorder encore aujourd'hui, fans donner atteinte à tous les Traités de Paix, qui ont été faits depuis plus de cent années.

Mais afin d'ôter tout prétexte de chicaner; il faut reduire la Caufe à une plus grande Gimplicité. Qu'on fupprime pour un moment les ordres du Roi Tres-Chre

« PreviousContinue »