Page images
PDF
EPUB

tre la France & l'Espagne, le 7. Novema bre 1659. sont compris de la part de la France les XIII. Cantons des Ligues, & leurs Alliés & Confédérés.

De la part de l'Espagne font_compris ceux qui l'avoient été dans le Traité de Vervins de 1598. Or dans ce Traité font compris de la part de laFrance & de l'Efpagne les XIII. Cantons Suisses, & nommé. ment le Comté de Neufchâtel.

Henri d'Orléans, Duc de Longueville, Prince Souverain de Neufchâtel, étant mort en 1663. Jean Louis Charles, Duc de Longueville, fon Fils, lui succéda à ceta te Souveraineté: il la remit le 21. Mars 1668. à Charles Paris d'Orléans, Comte de Saior Pol, son Frere puîné, à condition de Réversion, s'il mouroit avant lui fans enfans.

Le Comte de Saint Pol, fut tué au pase sage du Rhin; en 1672. sans avoir été ma. rić.

Jean Louis Charles d'Orléans, fon Frem se ainé, rentra en pofleffion de la Souvea raineté; & comme il étoit interdic, Madame la Ducheffe de Longueville, fa Me. re & fa Curatrice, en fut mise en possession, par jugement du 17. Octobre 1672.

Dans

[ocr errors]

Dans le Traité de Paix conclu à Nime. gue le 10. Août 1678. entre la France & la Hollande, sont compris de la part du Roi & de la Hollande, les XIII. Cantons & leurs Alliés, & par conséquent le Comté de Neufchâtel. Guillaume de Nassau, Prince d'Orange, depuis Roi de la Grande Bretagne,eft compris dans l'Aticle 10. de ce Traité, & dans l'Article séparé confirmé par cet Article 16. fans protestation de fa part contre cette inclusion du Comté de Neufchâtel au nombre des Alliés des Suisses

Dans les derniers Traités conclus à Ryswick , le droit & la possession paisible, où étoit la Maison de Longueville de la Souveraineté de Neufchâcel & Valangcin, ont été pleinement reconnus.

Par l'Article 19. du Traité conclu entre la France & les Etats Généraux, le 20. Septembre 1697. sont compris de la part des Erats Généraux, les XIII. Cantons , leurs Alliés & Confédérés, & nommément la Ville & Comté de Neufchâtel

.. Par l’Article 56. du Traité entre l’Emperear & l'Empire, & la France, con clu le 23. Septembre 1697. sont compris de la part de l'Empereur & de l'Empire, B 3.

les

[ocr errors]

les XIII. Cantons & leurs Alliés, & nommément la Ville & le Comté de Neufchâtel; de la part de la France dans l'Ar- . ticle 57. sont compris les XIII. Cantons, & leurs Alliés,

Par l’Article 3. de ce Traité, il est expressément convenu que les Traités de Munfter & de Nimegue en feront la base & le fondement,

Son Altesse Electoralle de Brandebourg présente à ce Traité par les Ministres, a aprouvé, comme les autres Etats de l'Empire, la poffeffion paisible où étoit S. A. S. Marie d'Orléans Longueville, Ducherfc de Nemours, de la Souveraineté du Comté de Neufchâtel & Valangcin.

Par l'Article 13. du Traité conclu à Ryswick entre la France & l'Angleterre, il eft dit que le Roi Guillaume sera rétabli, comme avant la guerre, dans la Principauté d'Orange, & dans les Terres qu'il a en France, & que pour terminer les procés faits au sujet des mêmes Biens, il sera nommé des Commissaires par les deux Rois. Mais il p'est fait aucune mention de prétention sur le Comté de Neufchâtel. Au contraite, loin que Guillaume Roi de la Grande Bretagne, ait protefté

con.

contre le droit & a possession paisible où étoit S.A.S. Madame la Duchesse de Ne. mours du Comté souverain de Neufchâ. tel & Valengein, il l'a approuvéë par l'Acte d'inclusion, du 8. Novembre 1697. de ceux qu'il entendoit comprendre dans la Paix; dans lequel apres avoir compris l'Empereur & l'Empire, il déclare qu'il comprend les XIII. Républiques & Cantons Suisses, & particulierement les Républiques & Cantons Evangéliques de Zurich, de Bern, de Glaris, de Bafle, de Schaffouse, & d'Appenzel, avec tous ceux en général & en particulier qui leur sont Aliés, sçavoir la Ville & Republique de Genève avec ses dépendances, & la Ville & Comté de Neufchâtel, Cet Acte eft raporté au Tome IV. des Actes, & Mé moires de la Paix de Ryswick, page 176.

Il eft donc vrai de dire que depuis 1457. que la prétension de Louis de Châlons a été condamnéë en faveur de Rodolphe d'Hochberg Aicul de Jeannc d'Hochberg, Duchesse de Longueville, dont cft defcendu en Ligne directe S. A. S. Madame la Duchefic de Nemours & Monfieur le Comte de Matignon, le droit & la poffeffion de la Maison d'Hochberg, & ensuite. de la Maison de Longueville, à la Souveraineté du Comté de Neufchâtel & Valargein, ont été reconnus, non seulement dans le Comté de Neufchâtel, &

par

les quatre Cantons Alliés; mais encore par tous les Louables Cantons, par l'Empereur & l'Empire, par la France, l'Espagne, l'Angleterre, & les Etats Généraux.

On voit clairement par cet Exposé fincere, que la sentence renduë à Neufchâtel , le croisiéme Novembre 1707. en faveur de son Altesse Electoralle de Brandebourg sur le fondement de la prétension chimerique de Louis de Châlons, condamnée dès 1457. & apres une condamnation Exé. cutéë depuis par la Maison de Châlons, & même par celle de Nassau, quoi qu'étrangere à celle de Châlons, & aprouvéë par tous les Traités de Paix intervenus dans l'Eue Tope depuis 1457. n'est que l'effet de la Brigue & de la Caballe, dans les Conjonctures d'une guerre sanglante qui intéressoit les Principaux Etats de l'Europe.

Monsieur le Comte de Matignon a lieu d'espérer que les Plénipotentiaires de ces mêmes Etats qui composent l'Auguste Assembléë qui travaille avec tant de succès à la tranquillité de l'Europe , auront égard

à ses

1

« PreviousContinue »