Page images
PDF
EPUB

رو

[ocr errors][ocr errors]

,, tre dit Cousin qui est du fang de tant

d'Empereurs, de Rois, & de Princes, soit

deftitué de tous les titres d'honneurs de „ ses Prédecesseurs, même de ceux qu'ils „ont distribués libéralement pendant leur

Empire, comme Vincellas de Luxembourg qui érigea l'Etat de Milan en Dusché, & Sigismond de Luxembourg > dernier Empereur de ce nom,

les Pais de Savoie & de Cleves, &c.

François étant mort l'an 1613. Henri de Luxembourg Prince de Tingry, son Fils unique & de Dianne de Lorraine, est demeuré seul & dernier Prince de la Mailon & du nom de Luxembourg. Il mourut l'an 1616. aïant épousé Magdelaine de Montmorenci, duquel Mariage Madame Marguerite Charlotte Duchelle de Lu. xembourg est illuë, Représentéë aujour• d'hui par Mr. le Duc de Luxembourg son petit Fils, Héritier du Nom & des Biens de la Maison de Luxembourg, qui demande en cette qualité la restitution du Duché de Luxembourg, comme il a été rendu autrefois à la Princesse Hermanzide.

[ocr errors]

MEMOIRE qui explique nos droits sur le Duché de Luxemborg & ses dépendances, qui sera présenté à Melfieurs les Plenipotentiaires assemblés pour la Paix à U. trecht en Hollande, par le Sieur Claude de Villiers, Chevalier , Seigneur de Villiers & de Gofolon, fondé de notre procuration à cet effêc que Nous lui avons fait remet. tre entre les mains. Fait à Rouen ce 24. Décembre

1711. :

Montmorenci Luxembourg,

Par Monseigneur

CHAILLOU.

M E

MOIRE

[ocr errors]

Dela part de Son Altesse Sereniffime Guil

laume Hyscinthe, Prince d'Orange de de Nassau Siegen, pour la conservation de ses droits incontestables, ceux de la Maison de Nassau Catzenellenbogen, tant sur la Principauté & Souveraineté L'Orange, ego. Biens situés en Franchea Corté, que for tous les autres droits

[ocr errors]
[ocr errors]

noms actions de la Maison de Chalon incorporéé dans celle de Nassau.

[ocr errors]

1 eft bien surprenant, que Monsieur le

Landgrave d'Hesse-Cafiel fasse paroitre des Mémoires & Protestations présentéës à Mellicurs les Plenipotentiaires à Utrecht, par ou il prétend, que la succession du Roi d'Angleterre, appartient sans réserve au Prince de Naffau Dietz son Pupille.

Il est sans contestation, qu'il est l'Héritier du Roi d'Angleterre, mais Héritier purement de ce qu'il pouvoit disposer.

Est-il naturel, que le Roi d'Angleterre ait pû disposer à son gré des Biens affectés à la Maison de Nassau, & particulierement à l'ainé, par le Testament, transactions, pactes onéreux & réciproques, & des Teftaments, qui ont été mis en Exe. cution, & ont eu leur effet jusqu'à présent.

S. A. le Landgrave même dit dans fes Mémoires, que ce sont des Fidei-commis purement Masculins &.graduels.

Comment cela s'accorde-t-il avec la libre disposition du Roi, qui n'a reçu les biens, qu'à charge de Fidei-commis, com me il a foutenu lui même de son vivant, au Parlement de Malines & ailleurs,

[ocr errors]
[ocr errors]

Il s'ensuivroit donc, que le Prince de Nassau Dietz auroit la même faculté à l'exclusion de tous ceux qui sont substitués avant lui, contre l'ordre & le rang établis; ceci seroit inoui.

Ce n'est pas une conduite, qui se combine, & il n'y a qu'à ufer de ses propres Argumens, pour detruire tout ce qu'il publië; & qui est ce qui conviendra dans le monde, que le Roi d'Angleterre ait pû disposer de la Principauté d'Orange, & des autres biens de la portion du Prince Philippe Guillaume?

Cela ne peut pas tomber dans le sens commun.

Si ce sont des Fidci-commis, on ne commence pas par le Cadet de la Maison, il faut donc suivre l'ordre des Testamens, & quiest-ce qui peut nier, que Maurice n'aie adié l'Heredité, reclamant le Testament de Philippe Guillaume, & à quoi fervent donc les partages à l'intervention des Ambassadeurs de la France, de l’Angleterre, & de l'Etat même, & tous les traités de famille, jurés consecutivement, & obfervés successivement par les Ancetres.

S'il ne s'agit, que de force, il vaut mieux pe rien dire ; mais alleguer des raisons con

tre

[ocr errors][ocr errors][merged small][merged small]

tre soi même, & vouloir s'approprier les plus beaux biens, vinculés à la Maison de Nassau, selon l'ordre de substitution, ce. la ne perfuade le public, que d'une pure force & Avidité du bien d'autrui, en prouvant mêmes les droits opposés; voulant les obscurcir.

Mais que veut dire cet Article ou le Conseil de Mr. le Landgrave dit, que le Prince Guillaume Hyacinthe ne s'est donné & ne se donnera aucun mouvement sur ce sujet, lui qui cite lui-même les Reponces des Universités, que le Prince d'Orange a fait publier sous le nom de Vis non hus.

Pouvoit-il ignorer les Memoires présentés au sujet de la Principauté d'Orange & autres biens dépendans, tant au Congrès, qu'aux Etats Generaux, qu'on n'a jamais fongé, de contredire. A-t-il oublié les procès entamés devant les Cours de Brabant & de Hollande, & contestés dans les formes.

Peut-il ignorer les actes de jurisdiction faits à Orange même.

Cela ne s'appelle pas avoir les bras croi, sés, à moins, qu'il n'appelle mouvement, que de se mettre en poffeffion, en faveur de la Conjoncture, & des menagemens qu'on .

Ce

a pour lui,

« PreviousContinue »