Œuvres de J.F. Ducis: suivies des œuvres de M.J. de Chénier

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 636 - Voltaire ! son nom n'a plus rien qui te blesse : Un moment divisés par l'humaine faiblesse , Vous recevez tous deux l'encens qui vous est dû : Réunis désormais , vous avez entendu , • Sur les rives du fleuve où la haine s'oublie , La voix du genre humain qui vous réconcilie.
Page 622 - Ces reptiles hideux, sifflant dans la poussière, En vain sèment le trouble entre son ombre et moi Scélérats ! contre vous elle invoque la loi. Hélas ! pour arracher la victime aux supplices, De mes pleurs chaque jour fatiguant vos complices J'ai courbé devant eux mon front humilié ; Mais ils vous ressemblaient : ils étaient sans pitié.
Page 446 - Guèbre honore au pied de ses montagnes, En invoquant l'astre du ciel, Ici sont rassemblés, sous ton regard immense, De l'empire français les fils et les soutiens, Célébrant devant toi leur bonheur qui commence...
Page 530 - There is no terror, Cassius, in your threats, For I am arm'd so strong in honesty That they pass by me as the idle wind, Which I respect not. I did send to you For certain sums of gold, which you denied me...
Page 301 - Que ta paix , tes flots et tes flenrs. .Le lis frais , l'humble marguerite , Le rossignol chérit tes bords ; Déjà sous l'ombrage il médite Son nid , sa flamme et ses accords. Près de toi , l'âme recueillie Ne sait plus s'il est des pervers : Ton flot pour la mélancolie Se plaît à murmurer des vers. Quand pourrai-je , aux jours de l'automne...
Page 121 - S'approchaient, me montraient avec un ris farouche ; Leur doigt mystérieux se posait sur leur bouche. Je leur parle, et dans l'ombre ils s'échappent soudain, L'un avec un poignard, l'autre un sceptre à la main, L'autre d'un long serpent serrait...
Page 241 - Philémon. Quoi ! me dit un censeur, viens-tu , par ce langage , En faveur de l'amour, prêcher le mariage, Et vanter, en t'armant d'une triste vertu , L'austérité des mœurs ? — Oui , sans doute ; et crois-tu, Pour diffamer le vice et ses noires maximes , Si je tenais...
Page 264 - J'ai besoin du censeur, implacable, endurci, Qui tourmentait Collin et me tourmente aussi. C'est à toi de régler ma fougue impétueuse, De contenir mes bonds sous une bride heureuse , Et de voir sans péril, asservi sous ta loi , Mon génie, encor vert, galoper devant toi. Non, non ; tu n'iras point, craintif et trop rigide, Imposer à ma muse une marche timide.
Page 192 - Tout ici, mon enfant , sous une image pure, Offre à nos yeux charmés l'auteur de la nature : Partout dans ses bienfaits nous voyons son amour; Sa grandeur resplendit dans le flambeau du jour. La nuit, quand nous levons nos mains vers les étoiles , Dieu n'est-il pas présent sous...
Page 623 - Auprès d'André Chénier avant que de descendre , J'élèverai la tombe où manquera sa cendre , Mais où vivront du moins et son doux souvenir, Et sa gloire , et ses vers dictés pour l'avenir. Là , quand de thermidor la septième journée Sous les feux du Lion ramènera l'année , 0 mon frère ! je veux , relisant tes écrits , Chanter l'hymne funèbre à tes mânes proscrits.

Bibliographic information