Collection des mémoires relatifs à l'histoire de France: depuis l'avénement de Henri IV, jusqu'à la Paix de Paris, conclue en 1763 : avec des notices sur chaque auteur et des observations sur chaque ouvrage. Sér. 2

Front Cover
Foucault, 1828 - France
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 351 - ... quoique ma tendresse pour mes peuples ne soit pas moins vive que celle que j'ai pour mes propres enfants, quoique je partage tous les maux que la guerre fait souffrir à des sujets aussi fidèles, et que j'aie fait voir à toute l'Europe que je désirais...
Page 74 - Il est vrai que les peuples ont paru désirer que, si le roi leur maître venait à mourir, la justice fût rendue aux légitimes héritiers ; mais ce ne sont que de simples vœux sans effet, et je n'ai pas vu la moindre démarche en faveur de mon fils ou de...
Page 205 - ... encore trop étendus; mais je me suis toujours soumis à la volonté divine, et les maux dont il lui plaît d'affliger mon royaume , ne me permettent plus de douter du sacrifice qu'elle demande que je lui fasse de tout ce qui pouvait m'être le plus sensible.
Page 71 - On donnera les ordres pour assembler les cours, et j'espère que, sur toutes choses , Votre Majesté aura la bonté de me donner ses ordres positifs , ou de demeurer ici jusqu'à ce qu'elle m'ordonne d'en sortir, ou de m'en tirer sous le prétexte d'aller recevoir ses ordres pour assister aux cours , ne voyant point qu'il reste rien à faire dans cette occasion à un ambassadeur de Votre Majesté pour ses intérêts.
Page 55 - Roi son maître vivroit; mais qu'il ne subsistoit plus; que la Reine avoit eu le crédit de porter le roi Catholique à le brûler, et à appeler un des fils de l'Empereur à la succession totale de ses Etats ; que l'acte en étoit entre les mains de cette princesse , et la déclaroit régente de toute la monarchie lors de la mort du Roi son mari. Porto-Carrero prévoyoit qu'il y auroit de grands désordres à Madrid; mais que le parti de la France, qu'il regardoit comme celui de la raison et de...
Page 18 - Charles n, source d'une longue et sanglante guerre , a été conçu à Versailles , accepté et exécuté à Madrid par les intrigues secrètement liées avec le cardinal Porto-Carrero, ainsi qu'avec d'autres ministres gagnés, comme on le suppose, par l'or que le marquis d'Harcourt, créé depuis pair et maréchal de France, avoit abondamment répandu pendant le cours de son ambassade. Ceux qui aiment la vérité souhaitent qu'elle ne demeure pas ensevelie dans les...
Page 58 - Cette princesse voulut bien convenir qu'il s'étoit tenu un conseil extraordinaire en présence du Roi son mari ; qu'elle savoit même que la question importante de la succession y avoit été agitée : mais elle prétendit et soutint qu'elle en ignoroit la décision ; que le Roi lui avoit seulement dit que les bruits répandus dans le public étoient faux.
Page 57 - ... suivit jusqu'à Passaw, où ce prince lui dit d'attendre; qu'il feroit toutes les tentatives possibles auprès de l'Empereur pour le faire venir, et que si elles étoient inutiles, il lui enverroit un courrier. Elles ne pouvoient guère réussir : le courrier arriva, et le marquis de Villars profita de la permission que le Roi lui avoit donnée de revenir en France pour le temps que dureroit la campagne de Hongrie, s'il ne lui étoit pas possible de la faire. Il passa par Ratisbonne, où il vit...
Page 30 - Roi fut averti des demandes du comte d'Harrach avant l'arrivée du marquis d'Harcourl à Madrid : comme elles devoient être vraisemblablement renouvelées, Sa Majesté voulut que son ambassadeur fît connoître , par toutes les voies qu'il jugeroit à propos , qu'elle regarderoit comme une rupture toute disposition que le roi d'Espagne pourroit faire au préjudice de ses héritiers légitimes. Le roi de Portugal osa se faire l'honneur de se mettre de ce nombre. On dit alors qu'il y fut excité par...
Page 18 - T. 67. a forme d'histoire les pièces vraies, avec un grand nombre de fausses insérées dans leurs livres. Plus occupés du désir de plaire aux ennemis de la France, ils ont semé l'erreur non-seulement chez les étrangers, mais aussi dans le royaume; en sorte que le grand nombre de ceux qui se piquent de politique , et d'une connoissance particulière de l'intérêt des princes, sont persuadés que le testament du roi d'Espagne Charles n, source...

Bibliographic information